Ligue des champions: Quel tirage pour le PSG?

FOOTBALL Jeudi vers midi, le PSG connaîtra son adversaire pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions...

B.V.

— 

Les joueurs parisiens lors de la victoire contre Porto en Ligue des champions le 4 décembre 2012 à Paris.
Les joueurs parisiens lors de la victoire contre Porto en Ligue des champions le 4 décembre 2012 à Paris. — REUTERS

Finir premier de sa poule, ça permet certes de jouer à domicile son huitième de finale de retour, mais ça ne garantit pas un tirage clément à tous les coups. Avec cinq victoires en six matchs de poule, le PSG bombe le torse avant le tirage au sort, jeudi en fin de matinée à Nyon (Suisse), mais ne rigole pas forcément quand il voit les noms de ses possibles adversaires. Entre autres: le Real Madrid, le Milan AC ou Arsenal.

 Le tirage cauchemar: Real Madrid

«S’il y a une équipe à éviter, c’est le Real. C’est une grande équipe, avec des grands joueurs.» Pour Blaise Matuidi comme pour l’Europe entière, la présence du Real Madrid de Mourinho et Ronaldo dans les seconds de poule relève de l’anomalie. Et pourtant, même si les merengue avaient la poule de la mort (Dortmund, Manchester City et Ajax), ils ne sont actuellement que l’ombre d’eux-mêmes. Seulement troisième de Liga à 13 points (!) du Barça, le Real navigue entre les bouderies de ses stars, les élucubrations de son coach et les errements de sa défense. Mais bon, le Real, c’est le Real. Et Benzema, Ronaldo, Pepe, Ozil ou Xabi Alonso, ça reste ce qui se fait de mieux (ou presque) au monde.

A éviter aussi: Arsenal et Milan, à l’expérience

>> Suivez le tirage au sort en live comme-à-la-maison dès 11h

Le tirage piège: Shakhtar Donetsk

Des sept possibles adversaires du PSG, le Shakhtar est historiquement le petit poucet sur la scène européenne. Mais depuis quelques années, le champion d’Ukraine s’invite régulièrement en phase finale de la Ligue des champions, où elle fait souvent jeu égal avec les très grands d’Europe. Cette saison, l’équipe de Lucescu a sorti Chelsea, le tenant du titre. En en jouant sacrément bien au ballon, grâce notamment à ses stars brésiliennes Willian et Luiz Adriano. A tel point même que le grand Barcelone voudrait à tout prix l’éviter. Il faut dire qu’en février, lorsque se joueront les huitièmes de finale, il fait en général -10° dans la ville de Donetsk, qu’Ibrahimovic, Matuidi ou Menez ont connu lors du dernier Euro.

Ne sera pas du gâteau non plus: Valence

Le tirage parfait: Galatasaray

Les deux invités surprises des huitièmes de finale sont forcément ceux que le PSG rêverait d’affronter. «Il n’y a pas de petites équipes mais on veut éviter les cadors, analyse Matuidi. Il y a des équipes moins huppées comme Galatasaray et le Celtic (Glasgow) par exemple. Mais s’ils sont là, c’est qu’ils le méritent.» Surtout les Ecossais d’ailleurs, qui ont battu le Barça en poule, et dont l’organisation très défensive pourrait gêner le PSG. De son côté, le club d’Istanbul a su sortir Braga et Cluj, ce qui n’a rien de vraiment impressionnant, mais possède toujours le soutien de son public de fanatiques. Et ce genre d’ambiance, en Coupe d’Europe, peut déstabiliser n’importe quelle équipe.

Ne déplairait pas non plus au PSG: Celtic Glasgow

>> Vous êtes plutôt Real Madrid pour voir jouer Ronaldo (la future recrue du PSG?)? Plutôt Milan pour un retour de Zlatan à San Siro? Ou alors c'est le Celtic qui vous botte, pour l'ambiance toute à l'écossaise? Dites-nous quel tirage vous souhaitez pour le PSG, dans les commentaires ou écrivez-nous à reporter-mobile@20minutes.fr.