Us Open : Marc Gicquel au pied de la montagne

©2006 20 minutes

— 

Si Richard Gasquet était espéré au stade des huitièmes de finale de l'US Open, ce n'était pas le cas de Marc Gicquel. Et pour cause, le Breton de 29 ans n'avait jamais intégré le grand tableau à Flushing Meadows avant de battre coup sur coup deux anciens vainqueurs de Roland-Garros, Juan Carlos Ferrero et Gaston Gaudio.

Dernier représentant argentin à New York, Gaudio pensait bien avoir pris un avantage définitif en remportant le troisième set, dimanche soir. C'était sans compter sur la hargne du Français. Ce dernier faisait montre d'un mental sans faille pour remporter le tie-break décisif (7 points à 3) et le match (6-0, 4-6, 4-6, 6-1, 7-6). « Je me suis bagarré jusqu'au bout et je ne pense pas avoir volé ma victoire, jubile Gicquel, classé 79e au classement ATP. Ce qui m'arrive est fabuleux. Si on m'avait dit que je serais présent en deuxième semaine, je ne l'aurais pas cru. » Son prochain objectif : réussir à faire dérailler le « Federer Express », expéditif face à Vince Spadea (6-3, 6-3, 6-0). « J'ignore s'il sait à quoi je ressemble », plaisante Gicquel, qui était encore un joueur de seconde série française à 23 ans.

L'autre nº 1 mondiale, Amélie Mauresmo, a quant à elle rejoint Aravane Rezai, Virginie Razzano et Tatiana Golovin en huitième de finale après son succès – dans la douleur – sur Mara Santangelo (6-3, 3-6, 6-2). Mais le véritable test avait lieu la nuit dernière, face à Serena Williams, lauréate en 1999 et 2002, et victorieuse de la Française à neuf reprises en dix rencontres. « Son jeu convient parfaitement au mien », assurait l'Américaine avant le choc.

S. Bordas