Arras veut un peu moins d'euphorie

— 

« Depuis lundi soir, le téléphone n'a fait que sonner. J'ai reçu plus de 80 appels. » C'est peu dire que Reynald Dabrowski, le coach d'Arras (CFA 2), vit un début de semaine agité. Habitué à l'anonymat, le tacticien arrageois a vu son quotidien bouleversé depuis qu'un tirage au sort lui a désigné le PSG comme adversaire, début janvier, en 32e de finale de la Coupe de France. Le petit contre le (très) gros, c'est l'éternelle histoire de cette compétition. Et c'est encore plus vrai cette fois-ci : le budget annuel du club du Pas-de-Calais (380 000 €) est 24 fois inférieur au salaire d' Ibrahimovic (9 M€). Quant à la Ligue 1, les Arrageois en sont loin. Calés à la 11e place en CFA 2, ils aimeraient bien prendre un peu d'air au classement. Avant de se mesurer à Carlo Ancelotti, Reynald Dabrowski doit donc préparer au mieux des matchs contre Wasquehal puis Grande-Synthe. « Je vais m'atteler à faire tomber l'effet euphorisant », jure le coach, La mission est loin d'être gagnée, d'autant que certains Arrageois se revendiquent supporters… du PSG.ANTOINE MAES