Plus rien n'arrête Florian Fritz

Nicolas Stival

— 

Après Leicester (23-9, photo) et Trévise (21-33), Fritz vise un troisième succès européen.
Après Leicester (23-9, photo) et Trévise (21-33), Fritz vise un troisième succès européen. — F. Scheiber/20 Minutes

Les Ospreys sont prévenus. Samedi (14 h 35), les Gallois se coltineront un Florian Fritz bien frais. Mis au repos contre Clermont (30-22), le centre toulousain de 28 ans (25 sélections) s'est ressourcé après ses trois test-matchs victorieux avec l'équipe de France. Mieux, l'ancien banni vient d'enchaîner six titularisations d'affilée en Bleu, après près de deux ans d'absence.

« Il s'est peut-être assagi »
« Cela fait longtemps que Florian est à ce niveau, juge William Servat, ancien coéquipier devenu entraîneur. Il a été un élément moteur dans tous les résultats du club. Il a peut-être été oublié. Mais son retour en équipe de France est mérité. » « Au Stade, c'est un leader depuis longtemps, sur et en dehors du terrain, poursuit l'ailier ou arrière Maxime Médard. Florian s'est peut-être assagi. Le staff de l'équipe de France le comprend et le gère un peu mieux. » Sa mauvaise réputation, nourrie par une lointaine incartade avec les moins de 21 ans français et une certaine indiscipline sur la pelouse, a sans doute pénalisé le percutant Fritz, pourtant constant au plus haut niveau depuis son arrivée de Bourgoin, en 2004. « Je ne crois pas être plus difficile à gérer qu'un autre, tonne l'ombrageux Bourguignon. Les staffs précédents ne me retenaient pas, c'est tout. Il n'y a pas d'autre explication. » Et n'allez pas lui parler non plus de changement de statut. « Je suis bien placé pour savoir que ça peut aller très vite, dans un sens comme dans l'autre. » W