Les Anglais ne leur réussissent pas

marc nouaux

— 

Au match aller, les Magpies de Newcastle ont infligé une leçon d'efficacité aux Girondins de Lamine Sané (3-0).
Au match aller, les Magpies de Newcastle ont infligé une leçon d'efficacité aux Girondins de Lamine Sané (3-0). — R. LEE / NEWSCOM / SIPA

Aucune victoire en neuf matchs, deux nuls et sept défaites. Deux buts inscrits et dix-sept encaissés. Le bilan des Girondins face aux Anglais en Coupe d'Europe n'est pas brillant. Avant Bordeaux-Newcastle, qui se joue ce jeudi à 19 h, on ouvre l'album « mauvais souvenirs ».

Manchester United, 2000 (2-0 ; 1-2). Contre le champion d'Europe en titre, c'était quasiment mission impossible pour les Girondins. « Ce n'est pas un bon souvenir pour moi, raconte Lilian Laslandes, l'ancien attaquant bordelais. Je prends un carton rouge à cause d'une simulation de Beckham au bout de vingt minutes. D'ailleurs, mes copains me chambrent encore dès que l'on entend parler de lui. »
Liverpool, 2006 (0-1 ; 3-0). Face au futur finaliste de l'épreuve, Bordeaux avait un effectif qui découvrait la Ligue des champions. L'apprentissage fut dur. « Sans être extraordinaire, ils pouvaient marquer à tout moment, se souvient le défenseur bordelais Florian Marange, titulaire à Anfield. On ne méritait pas de perdre 3-0, on a eu des occasions. La différence contre ces grosses équipes, c'est l'efficacité. »
Chelsea, 2008 (4-0 ; 1-1). Ce match restera comme l'une des pires claques reçues par les Girondins. « A Chelsea, on n'avait pas dépassé le centre… », reconnaît le défenseur, Marc Planus. Le retour à Chaban-Delmas était moins triste avec une égalisation en fin de match. De quoi rassurer les Bordelais avant Newcastle. Contre les Anglais, il peut leur arriver de ne pas perdre.
Newcastle,2012 (3-0). C'est un des tournants de cette saison. Les Bordelais s'inclinent après une série de 17 matchs sans défaite. « Ils ont moins le ballon que nous, mais ils arrivent à marquer, analyse Marange. Ça ressemble au match de Liverpool. Après, à 3-0 on a un peu lâché, car on avait encore le match de Lyon dans les jambes. »

Grégory sertic aura le brassard de capitaine

En l'absence de Plasil et Carrasso, le jeune milieu de terrain, Grégory Sertic sera capitaine. « Ca lui permet de franchir un cap », explique Francis Gillot. « Tout jeune qui sort du centre de formation rêve d'être capitaine de son club », a réagi Sertic, visiblement très fier de sa promotion.