« Il faudra être très fort pour rivaliser avec l'ASSE »

Propos recueillis par Stéphane Marteau

— 

Jean-Michel Aulas s'attend à un derby très compliqué pour l'OL.
Jean-Michel Aulas s'attend à un derby très compliqué pour l'OL. — C. VILLEMAIN / 20 MINUTES

En marge de la présentation d'un partenariat avec un groupe automobile asiatique, Jean-Michel Aulas s'est exprimé lundi sur le derby et sur la situation du Paris SG.

Quel regard portez-vous

sur le prochain derby ?
Il faudra être très fort pour rivaliser avec Saint-Etienne qui réalise un excellent parcours, qui joue remarquablement bien et qui aura l'avantage d'évoluer à domicile. Cela fait tellement longtemps que Saint-Etienne n'a pas battu l'OL à Geoffroy-Guichard que la motivation sera à son comble. J'espère que l'accueil qui nous sera réservé sera différent de celui de l'an dernier où il y avait eu beaucoup d'agressivité. Mais les préfets et les dirigeants des deux clubs ont fait en sorte qu'il n'y ait pas de tensions.
Que vous inspire la situation du PSG ?
C'est toujours difficile de réussir quand on veut aller très vite. La réussite sportive, comme la réussite entrepreneuriale, est beaucoup plus légitime quand elle se construit sur du moyen et du long terme. Je pense que Paris sera très performant en Ligue des champions cette année. Donc il ne faut surtout pas modifier ce qui a été engagé, même si en championnat, c'est plus difficile. Mais je fais confiance aux dirigeants qataris pour prendre les bonnes décisions et pour retrouver la sérénité.
Le PSG doit-il se séparer de Carlo Ancelotti ?
Moi, je ne le ferais pas. Si j'avais un conseil à donner, je ne changerais rien. Compte tenu de la qualité des joueurs et des investissements réalisés, je pense que la stabilité est la meilleure des réponses. Il faut donner du temps au temps. Mais si les Qataris avaient su répartir leurs forces sur plusieurs clubs en France, le risque de se retrouver aujourd'hui en difficulté aurait peut-être été moins grand.