Football (L1) : Les raisons d'un faux départ

©2006 20 minutes

— 

Dixièmes de L1 avec deux défaites au compteur, les Girondins connaissent un retard à l'allumage. En panne de réalisme contre Lyon et Lille, les Marine et Blanc ont des raisons d'être inquiets.

n Un coaching étrange Depuis le début de la saison, Ricardo innove. Contre l'OL (1-2), le manager brésilien a joué le point du nul en remplaçant Darcheville par Francia à un quart d'heure de la fin. Mais Gérard Houllier prenait plus de risques et lançait Sylvain Wiltord, déjà auteur du but lyonnais l'an passé à Chaban-Delmas (1-1). A Lille, Ricardo a cette fois décidé de titulariser Henrique, à cours de compétition, au détriment de Marc Planus, car le Brésilien était « meilleur dans le jeu aérien ».

n Des ratages à répétitions Manifestement, l'opportunisme est une vertu que Bordeaux ne possède pas encore. A la recherche d'un buteur d'ici à jeudi minuit (Patrick Kluivert ?), les dirigeants ont plusieurs dossiers sur le feu. Cet été, ils ont notamment échoué pour Ilan (Saint-Etienne) et Jérémy Ménez (Monaco). La deuxième place décrochée en fin de saison soumet désormais Bordeaux aux surenchères des autres clubs. Dernier exemple en date, le transfert de l'Amiénois Issiar Dia, d'accord avec les Girondins, mais enrôlé au dernier moment par Nancy.

n Un calendrier difficile Dominé par Lyon, giflé par Lille (3-0), Bordeaux a vite trouvé ses limites. Le début de calendrier n'a rien à voir avec celui de l'an passé, quand, après quatre journées, les Girondins comptaient quatre points d'avance sur l'OL. Une réaction est attendue contre Nice, le 9 septembre.

S. Deschamps