Cyclisme : Un Tour sans histoire, pour changer?

©2006 20 minutes

— 

Roberto Heras, Ivan Basso, Floyd Landis. Les ombres des trois derniers vainqueurs des grands Tours, tous mêlés à une affaire de dopage, planent sur la Vuelta. Dès lors, une question s'impose : un an après le déclassement de Heras au profit de Denis Menchov, assistera-t-on enfin à un Tour propre ?

Longtemps jugée laxiste en matière de lutte antidopage, l'Espagne a passé la vitesse supérieure avec l'opération Puerto en mai dernier, mettant une cinquantaine de coureurs sur la touche. Le contrôle positif de Floyd Landis, lors de la Grande Boucle, a depuis replongé le cyclisme dans la sinistrose. « Le déroulement du Tour de France m'avait redonné espoir, mais il y a eu un tricheur, un seul : Landis. Et on est retourné dans le trou, explique Victor Cordero, directeur général de la Vuelta. J'espère qu'un coureur clean et sans reproche sortira vainqueur de l'épreuve. »

Probable futur vainqueur du Tour lorsque Landis sera officiellement déclassé, Oscar Pereiro n'ignore pas qu'un nouveau scandale dans les trois prochaines semaines serait désastreux pour l'image de son sport. « Soit la crédibilité du cyclisme en sortira grandie, soit elle sera à nouveau endommagée, estime le coureur espagnol. Après l'opération Puerto, les gens étaient prêts à nous offrir une seconde chance, mais après il y a eu Landis... Cela doit s'arrêter. »

Sébastien Bordas

Selon Pat McQuaid, président de l'UCI interrogé par Die Welt, le nom d'un nouveau coureur a été cité par la police espagnole dans l'opération Puerto.