Football (L1) : Paris petit bras hors de ses bases

©2006 20 minutes

— 

Un pas en avant, deux en arrière. Tel est le rythme de marche du Paris Saint-Germain depuis bientôt deux saisons. Incapables de confirmer à Sochaux (3-2) samedi les progrès entrevus face à Lille une semaine auparavant, les joueurs de la capitale sont retombés dans les travers qui les empêchent de s'imposer hors de leurs bases en Championnat depuis le mois de novembre dernier et un succès à Bordeaux sous l'ère Laurent Fournier.

« On a commencé le match avec quarante-cinq minutes de retard. Durant toute la première période, nous avons pêché dans l'agressivité. Résultat, nous encaissons deux buts », explique le capitaine Pedro Pauleta. Deux buts liés à de grosses sautes de concentration, notamment sur l'action amenant la reprise de la tête de Sène, oublié par l'arrière-garde parisienne. La réaction d'orgueil ayant permis au PSG de revenir brièvement à 2-2 n'a pas suffi à calmer Jérôme Rothen, observateur attentif de la débâcle. « Cela fait deux ans que je suis là et deux ans que je fais le même constat. On ne fait que réagir au lieu d'agir. Peut-être se voit-on trop beau après une victoire ? En tout cas, ce n'est pas normal de perdre comme ça, déclarait dimanche le milieu international, bientôt de retour à l'entraînement après sa blessure au genou. On est bon que lorsque l'on est dos au mur. On a pris une claque d'entrée contre Lorient (2-3). On s'est retrouvé un peu contre Valenciennes (0-0). Et contre Lille (1-0), on avait l'obligation de gagner, on l'a fait. Mais on ne sait pas enchaîner... »

Une grosse lacune à résoudre au plus vite, surtout quand on prend connaissance du calendrier qui attend les joueurs de Guy Lacombe en septembre. Avec 6 matchs en dix-huit jours, ils ne pourront certainement pas se permettre de connaître des trous d'air comme celui de Bonal, sous peine de s'exposer à de nouvelles désillusions.

Sébastien Bordas