Football (L1) : Les Dogues basculent vers l'avant

©2006 20 minutes

— 

De plus en plus performant. Réputé pour son bloc défensif depuis deux ans, le Losc semble cette année avoir ajouté à sa panoplie un jeu offensif beaucoup plus léché, comme le prouvent les éclatantes victoires sur Lens (4-0) et Bordeaux (3-0), pour les deux premiers matchs à domicile. « On a encore plus d'ambition cette année, parce qu'offensivement, on est mieux armé », estime Grégory Tafforeau, le latéral gauche lillois. Les Nordistes ont pourtant terminé les deux derniers championnats avec le deuxième plus grand nombre de buts inscrits. Mais cette année, ils semblent bien plus performants sur attaque placée, ce qui leur servira puisque « pas mal d'équipes viennent maintenant au Stadium pour ne pas prendre de but, en jouant regroupées », rappelle Claude Puel.

Par rapport aux saisons précédentes, le système est pourtant le même (4-2-3-1), et si Michel Bastos est arrivé sur le flanc gauche cet été, Mathieu Bodmer, Kader Keita et Peter Odemwingie sont tous là depuis au moins un an. Si une équipe comme Lyon progresse chaque année en recrutant à prix d'or, le Losc, lui, choisit des joueurs à fort potentiel que Claude Puel se charge « d'éduquer ». La preuve, avec la courbe de performance de Peter Odemwingie : 4 buts en 2005, 14 l'an passé, et déjà 4 cette année, soit un par match !

Tous évoluent aussi désormais à un niveau de confiance très élevé. « On sait qu'on peut compter sur le voisin », sourit Kader Keita, dont l'entente avec Peter Odemwingie est presque parfaite. « Ce n'est pas physique. Je sens où il va centrer », explique le Nigérian. Une connivence technique qui n'est pas le fruit du hasard. « Ce n'est pas un miracle, il y a du travail derrière tout ça », renchérit Claude Puel, ravi de voir que son attaque est maintenant largement au niveau de sa défense. De bon augure avant le début de la Ligue des champions, le 13 septembre, où, l'an passé, les Dogues n'avaient marqué qu'une seule fois en six rencontres.

Antoine Maes