Le Canari Lee Yong Jae rompt un long silence

— 

Issa Cissokho appelle cela : le cri de joie « en mode Bruce Lee ». Samedi, après le succès (2-0) du FCN à Auxerre – qui lui redonne les commandes de la L2 –, c'est Lee Yong Jae, auteur du 2e but, qui s'est chargé de faire hurler ses coéquipiers. « On l'a poussé un peu, avoue Cissokho. On n'a pas compris grand-chose dans son cri de guerre… » Il faut dire que ses coéquipiers n'ont guère l'habitude d'entendre le son de sa voix.

Deux ans qu'il n'avait pas marqué
Le Sud-Coréen (21 ans) vit à Nantes depuis trois ans, mais ne parle toujours pas français. « On parle avec des gestes, explique Eudeline. Il aime être dans sa bulle. Il est déjà venu prendre un verre chez moi avec d'autres, mais ce n'est pas pour cela qu'on l'a plus entendu… » Son but en Bourgogne l'a en tout cas « libéré », selon Cissokho. Lee n'avait plus marqué avec les pros depuis deux ans… D.P.