Football : Les Parisiens crient à l'injustice

©2006 20 minutes

— 

« On ne va pas jouer les pleureuses, mais je comprends maintenant ce que vit le PSG quand il joue à l'extérieur. » Comme la plupart de ses coéquipiers, l'ancien Nantais Mickaël Landreau est en colère. Même si elle n'aurait dû souffrir d'aucune contestation, tant la performance parisienne a été en deçà de ce qui avait été entrevu contre Lille, la défaite de samedi soir à Sochaux n'a certainement pas fini de faire jaser.

Pour les hommes de la capitale, Tony Chapron, président du syndicat des arbitres, est le principal responsable de la débâcle doubienne. Coupable d'avoir strictement appliqué les nouvelles consignes quant aux accrochages dans la surface de réparation sur coup de pied arrêté, l'homme en noir a ainsi accordé deux penaltys aux Sochaliens. « Je ne sais pas ce qu'il s'est passé, des accrochages comme ça, il y en a cent par match », peste Mario Yepes, sanctionné à deux reprises. « Les fautes contre nous sont difficiles à comprendre, sauf si on les siffle tous les week-ends », ajoute Landreau en référence au penalty sifflé contre Sylvain Armand lors du Trophée des Champions à Lyon.

Guy Lacombe, qui aurait souhaité une première victoire à l'extérieur pour son grand retour à Bonal, n'est évidemment pas en reste. « Nous sommes forcément déçus et remontés », lâche l'entraîneur parisien, avant d'ironiser : « Il faudra qu'on nous explique comment le PSG peut être sanctionné trois fois depuis le début de saison et qu'aucun club en France n'ait subi un tel traitement. Nous pensions avoir fait le plus dur en revenant au score mais grâce à un arbitrage excellent, nous repartons avec une défaite. »

S. Bordas