Vendée Globe: Heurté par un chalutier, Louis Burton pense être aux Sables d'Olonne dans «quatre jours»

VOILE Touché par un chalutier, le skipper ne veut pas abandonner...

© 2012 AFP

— 

Le voilier du Français Louis Burton (Bureau Vallée), l'un des concurrents du Vendée Globe 2012-2013, a été percuté par un chalutier dans la nuit de mardi à mercredi, a annoncé son équipe, qui a précisé que le skipper était sain et sauf.
Le voilier du Français Louis Burton (Bureau Vallée), l'un des concurrents du Vendée Globe 2012-2013, a été percuté par un chalutier dans la nuit de mardi à mercredi, a annoncé son équipe, qui a précisé que le skipper était sain et sauf. — Fred Tanneau afp.com

Un deuxième concurrent du Vendée Globe, Louis Burton, a été victime mercredi d'une collision avec un chalutier au large des côtes portugaises, au 5e jour d'une course autour du monde en solitaire et sans escales qui commence à ressembler à un jeu de massacre. Le voilier de Burton, Bureau Vallée, a été heurté vers 03h00 locales (04h00 heure française) mais son skipper est sain et sauf. Le jeune (27 ans) Français, benjamin de la course, a précisé avoir été percuté sur le flanc babord (gauche) par un bateau de pêche à environ 400 milles (750 km) de Lisbonne.

«En fait j’étais parti chercher un front et j’avais encore deux heures à faire avec 30-35 nœuds. Il y avait une très mauvaise visibilité, une grosse mer. J’étais connecté, radars et AIS allumés. J’étais sous la casquette du roof en veille et je marchais à 20 nœuds à peu près puis j’ai entendu craquer derrière. J’ai tourné la tête et là j’ai vu longer un chalutier de taille moyenne. Tout de suite, j’ai pris une lampe un peu en panique pour aller voir si sur la coque il n’y avait rien et puis j’ai levé la tête et j’ai vu qu’il y avait des chocs sur le hauban.»

Deuxième collision avec un chalutier de la course

Mercredi en début d'après-midi, Burton a décidé de rentrer aux Sables d'Olonnes pour effectuer des réparations sur son bateau. Le skipper a jusqu'au 20 novembre pour repartir du port vendéen ou il sera disqualifié. «Je suis encore à 700 milles des Sables. Les conditions vont faiblir à partir de demain. Le routage me fait arriver dans quatre jours à peu près en sachant qu’il y a aussi des manœuvres en bâbord amure à faire et il y a aussi la pétole à traverser à un certain moment donc je suis malheureusement assez incertain sur mon arrivée précise aux Sables d’Olonne.»

Cette collision est la deuxième de la course après celle, lundi, dans les mêmes parages mais beaucoup plus violente, qui a contraint le Français Kito de Pavant (Groupe Bel) à abandonner. Burton «était en veille dans le cockpit et son radar et son AIS (système permettant à un navire d'être repéré en permanence en mer) étaient allumés», a précisé la direction de course. «Il évoluait à 18 noeuds (environ 30 km/heure) dans une mer formée avec un vent de sud-ouest de 32 noeuds générant une visibilité très limitée».

Les collisions de deux concurrents -Kito de Pavant et Louis Burton- avec des chalutiers au large des côtes portugaises confirme néanmoins la dangerosité de ces eaux fréquentées par une multitude de bateaux de pêche et des navires de commerce. Plus inquiétant, dans les deux cas il semble que l'AIS dont sont équipés les bateaux du Vendée Globe n'ait servi à rien puisque les chalutiers-tamponneurs n'ont pas été prévenus de leur présence.

Suivez le vendée Globe en live comme-à-la-maison