Equipe de France: L'heure de Mathieu Valbuena?

FOOTBALL Toujours efficace chez les Bleus, le Marseillais n'a pourtant jamais bénéficié d'un statut de titulaire...

Bertrand Volpilhac

— 

Mathieu Valbuena et Patrice Evra lors d'un entraînement, le 12 novembre 2012 à Clairefontaine.
Mathieu Valbuena et Patrice Evra lors d'un entraînement, le 12 novembre 2012 à Clairefontaine. — C.Ena/SIPA

«Valbuena a changé le match. Comment peut-il ne pas être titulaire avec la France? Ça me dépasse.» Il a beau ne pas être le plus objectif quand il s’agit de parler de son coéquipier à l’OM, difficile de donner tort à Joey Barton, en tout cas sur la première partie de son tweet. Entré en jeu à la 60e minute du dernier Espagne-France (1-1), le meneur de jeu de l’OM a offert beaucoup de solutions offensives aux Bleus et mis en grande difficulté le milieu adverse. Comme à chaque fois ou presque qu’il joue avec l’équipe de France.

Voilà le paradoxe Valbuena: excellent en club, rarement décevant en Bleu, «Petit Vélo» n’est pourtant jamais le premier choix des sélectionneurs. Que ce soit Laurent Blanc, qui ne l’a pas fait jouer une seule seconde à l’Euro, ou Didier Deschamps, qui l’utilise plutôt en joker de Jérémy Menez. Et quand on lui demande pourquoi, le coach des Bleus reste évasif. «Il fait un très bon début de saison, il a le coffre pour enchaîner les matchs. Est-ce que cela peut changer son statut en bleu? Parfois il commence, mais il aussi fait une très bonne entrée contre l’Espagne. Il peut être amené à débuter comme à entrer.» Contre l'Italie, sa titularisation est pourtant «probable» selon DD.

Deschamps: «S’il est là depuis août, ce n’est pas pour lui faire plaisir»

Certains diront qu’il a moins de classe naturelle que le Parisien ou Ribéry, que son physique n’impressionne pas vraiment et qu’au fond il n’a jamais vraiment eu la dégaine d’un joueur de classe internationale, lui l’explique simplement par le fait qu’en équipe de France, «il faut toujours prouver à son sélectionneur et qu’il y a beaucoup de plus de concurrence chez les Bleus.» Et ce politiquement correct n’est pas une posture. Très attaché à l’image de combattant qu’il dégage, Valbuena fait partie de ceux qui considèrent qu’une convocation chez les Bleus, c’est ce qu’on trouve sous le sapin un 25 décembre au matin.

Alors il se satisfait de ce qu’on lui donne en attendant que son heure vienne. Et si son entente n’a pas toujours été cordiale avec Didier Deschamps à l’OM, leurs relations se sont depuis apaisées, le sélectionneur admirant son professionnalisme. A tel point qu’on puisse imaginer Valbuena titulaire en Italie? «S’il est là depuis août, ce n’est pas pour lui faire plaisir, conclut Deschamps. Je sais ce qu’il fait avec son club.»