Thuram joue les prolongations

©2006 20 minutes

— 

On l'avait quitté en larmes, sur la pelouse du Stade olympique de Berlin, le 9 juillet dernier. Les supporteurs de l'équipe de France retrouveront Lilian Thuram, le 6 septembre prochain au Stade de France, pour la revanche face à l'Italie. Après plusieurs semaines de suspense, l'intéressé a en effet confirmé hier soir, sur TF1, son envie de poursuivre l'aventure en bleu.

« Je serai présent le 2 septembre contre la Géorgie si bien sûr, d'ici là, je ne suis pas blessé », a assuré le défenseur guadeloupéen, récent vainqueur de la Supercoupe d'Espagne avec son nouveau club, le FC Barcelone. Celui qui avait pris une première fois sa retraite après l'Euro 2004, avant de revenir dans le sillage de Zinédine Zidane en août 2005, pourrait donc aller jusqu'à l'Euro 2008, s'il « a le niveau. » « Mon seul doute était de savoir si j'étais capable d'allier club et sélection. J'ai 34 ans, je vais évoluer cette saison dans l'un des plus grands clubs du monde et j'espère être à la hauteur. »

Pour justifier sa décision, Thuram a évoqué la pression populaire au sortir d'un Mondial où il s'est senti revivre. « Quelque chose s'est véritablement passé durant cette Coupe du monde. Lorsque j'étais en Guadeloupe ou en Afrique cet été, et même à New York lors de la tournée avec le Barça, j'ai ressenti un tel engouement que je me sens obligé de revenir pour remercier les supporteurs. Je n'ai pas eu tellement le choix. »

Raymond Domenech, qui avait convaincu Thuram de revenir en équipe de France il y a un an (« A l'époque, j'avais été un peu forcé par le sélectionneur. Aujourd'hui, je ne peux que le remercier », confiait hier le joueur), pourra donc inclure son défenseur dans la liste des joueurs appelés à débuter les éliminatoires de l'Euro 2008. Une liste communiquée ce midi. Reste à savoir si Claude Makélélé en fera partie. « Ils ont la flamme », a déclaré hier Domenech en référence à ses deux grognards. L'un a d'ores et déjà franchi le pas. Sébastien Bordas