Ligue 1: Des supporteurs s'en prennent aux joueurs à Nancy

FOOTBALL Battus vendredi pour la neuvième fois de la saison en Ligue 1 (3-1 par Rennes), les joueurs de Nancy ont en plus dû faire face à la colère d'une cinquantaine de leurs supporteurs, qui ont réussi à se frayer un chemin jusqu'au vestiaire...

© 2012 AFP

— 

Battus vendredi pour la neuvième fois de la saison en Ligue 1 (3-1 par Rennes), les joueurs de Nancy ont en plus dû faire face à la colère d'une cinquantaine de leurs supporteurs, qui ont réussi à se frayer un chemin jusqu'au vestiaire.
Battus vendredi pour la neuvième fois de la saison en Ligue 1 (3-1 par Rennes), les joueurs de Nancy ont en plus dû faire face à la colère d'une cinquantaine de leurs supporteurs, qui ont réussi à se frayer un chemin jusqu'au vestiaire. — Jean-Christophe Verhaegen afp.com

Tout s'est passé très vite: une hôtesse a franchi une porte sécurisée et des supporteurs, cagoulés pour certains, en ont profité pour forcer le passage et s'engoufrer dans le couloir d'accès aux vestiaires. Certains ont même réussi à pénétrer dans le vestiaire nancéien et il y a eu des coups de poing échangés, selon l'entourage du club.

«C'est aberrant, absurde et intolérable», a tout de suite réagi le président de Nancy, Jacques Rousselot, au micro de Canal+ Sport. «Une scène ubuesque, hors du temps. Ça dépasse l'entendement. Le sport et surtout le football ne méritent pas un tel traitement. Ces pseudo supporteurs n'ont rien à faire dans le foot», a-t-il assuré.

Le club prône «l'union sacrée»

La saison dernière, après la défaite à Evian (2-0, 25e journée, le 25 février), le dirigeant lorrain était allé calmer des supporteurs qui avaient attendu les joueurs après le décrassage. Mais à l'époque, ce n'était pas allé plus loin.

Vendredi, un cap a été franchi et Jacques Rousselot n'entend pas en rester là: «Je ne tolérerai jamais de tels actes et je vais chercher les auteurs. Je n'accepterai jamais ces atteintes à l'intégrité de mes joueurs. On va prôner l'union sacrée et trouver un remède à cette maladie.»

Au niveau sportif, l'ASNL, dernière à cinq points du premier non relégable avant les matches de samedi, semble se diriger tout droit vers la L2 sans vraiment trouver de solutions.