Les Violets ont des choses à se faire pardonner

Nicolas Stival

— 

Etienne Capoue, le milieu du TFC.
Etienne Capoue, le milieu du TFC. — M. BLONDEAU/ICONSPORT

Refermée la parenthèse enchantée, au cours de laquelle les observateurs vantaient le beau jeu du TFC. Les critiques sont revenues après les pauvres prestations, en « prime time », à Lille (1-0, a. p.) en Coupe de la Ligue, puis à Bordeaux (1-0) en championnat. « Les deux derniers matchs sont les plus mauvais de la saison, admet le défenseur Aymen Abdennour, l'un des rares Violets à s'extirper de la médiocrité. Mais je pense qu'on a tourné la page. » La venue au Stadium d'Ajaccio, modeste 16e, samedi (20 h), semble une belle occasion d'ouvrir un nouveau chapitre.

Casanova : « Je préfère

perdre en jouant »
« Nous n'avons pas les épaules pour jouer la première place, mais je veux qu'on soit capables d'imposer notre jeu », tonne Alain Casanova. Parler de frustration au sujet de l'entraîneur du 4e de L1 semble un euphémisme. « Je préfère perdre en jouant que gagner en ne jouant pas. Alors, perdre sans jouer, cela ne peut pas me convaincre, ni me satisfaire. » Le technicien espère le réveil de Moussa Sissoko, inexistant en Gironde mais de nouveau sélectionné pour France - Italie, au côté d'un Etienne Capoue bien plus constant. Devant, Emmanuel Rivière et Wissam Ben Yedder se disputent la place de titulaire. Le technicien assurait, avant l'annonce de la sanction (voir ci-dessus) que celle-ci n'aurait pas d'impact sur son choix. « Les joueurs sont frustrés », certifie Casanova. A eux de le prouver face aux Corses. W

Ben Yedder puni

Après sa virée avec quatre autres internationaux Espoirs, dans la nuit du 13 ou 14 octobre, l'attaquant du TFC est privé de sélection française jusqu'au 31 décembre 2013. Il pourrait donc être tenté de choisir la Tunisie, qui cherche à l'attirer.