Equipe de France: Yoann Gourcuff, l'éternel chouchou du football français

FOOTBALL Le Lyonnais revient en Bleu après un seul bon match...

B.V.

— 

Yoann Gourcuff, de retour sur la pelouse de club formateur, le 11 août 2012 à Lyon.
Yoann Gourcuff, de retour sur la pelouse de club formateur, le 11 août 2012 à Lyon. — F.LANCELOT/SIPA

Si on les comparait, on pourrait leur trouver des centaines de différences. Que ce soit dans l’approche tactique, humaine, ou médiatique de leur fonction. Mais il y a un joueur sur lequel les deux derniers sélectionneurs de l’équipe de France, Didier Deschamps et Laurent Blanc, sont sur la même longueur d’onde. Encore une fois rappelé en équipe de France pour affronter l’Italie le 14 novembre prochain, Yoann Gourcuff ressemble de plus en plus à l’éternel chouchou du football français.

Il peut jouer relayeur et meneur

Avec une symétrie assez sidérante, Blanc et Deschamps ont constamment fait confiance au milieu de terrain lyonnais, à tel point même que le «président» a failli l’amener à l’Euro après une saison pourtant catastrophique. Son successeur, lui, n’a pas exactement le même dilemme. Cette saison, Gourcuff est bon. Le problème, c’est qu’il a été blessé depuis près de trois mois et n’a vraiment réalisé depuis qu’un seul match complet, en championnat face à Bastia samedi dernier. «C’est vrai qu’il a eu une blessure qui l’a écarté des terrains mais il est bien avec Lyon et j’ai envie de le voir dans le groupe avant les échéances importantes du début d’année prochaine.»

Là ou l’on s’attendait à voir l’apparition d’un autre Lyonnais, «le performant et surprenant» Steed Malbranque, sans doute un poil trop vieux (32 ans) pour Deschamps, c’est donc Gourcuff qui revient. Comme à chaque fois. «Yoann offre une solution comme meneur et relayeur. On sait ce qu'il est capable d'amener. Il n'est pas encore à 100% mentalement et physiquement mais on peut l'aider à ce qu'il le soit.» Didier Deschamps? Non, Laurent Blanc, en mai dernier. Mais ça aurait pu. Comme son ancien équipier chez les Bleus champions du monde, «DD» loue la «faculté de pouvoir jouer plus haut ou plus bas» sur le terrain. «C’est surtout un joueur créatif, conclut l’actuel sélectionneur. Il fait jouer les autres quand il est dans de bonnes dispositions, ce qui est le cas en ce moment.»