Steed Malbranque ne les bluffe même pas

Stéphane Marteau

— 

Malbranque affronte l'Athletic Bilbao, ce jeudi, en Ligue Europa.
Malbranque affronte l'Athletic Bilbao, ce jeudi, en Ligue Europa. — C. VILLEMAIN / 20 MINUTES

C'est le come-back de l'année. Revenu l'été dernier au sein de son club formateur après un exil de dix ans en Angleterre entrecoupée d'une année sabbatique, Steed Malbranque s'impose depuis le début de la saison comme l'un des meilleurs éléments du championnat.

« Un exemple à suivre »
« C'est une belle histoire », confie Armand Garrido au sujet de ce milieu offensif qu'il a dirigé en 1997 lors de la dernière victoire de l'OL en Coupe Gambardella. « A l'époque, il faisait partie des joueurs sur lesquels on fondait le plus d'espoir, souligne l'entraîneur des U17 de l'OL. Ce n'était pas le plus bavard dans le vestiaire, mais sur le terrain, c'était un vrai leader. Ses années en Angleterre ne l'ont pas changé. Il a gagné en maturité et en expérience, mais il affiche la même fougue, la même envie et le même tempérament de gagneur que lorsqu'il avait 17 ans. » Et il en faut du tempérament pour faire carrière outre-Manche où le Franco-Belge a disputé plus de 400 matchs de Premier League. « Là-bas, il a toujours été au top et n'a jamais été contesté », témoigne Steve Marlet, son ancien partenaire à l'OL (2000-2001) et à Fulham (2001-2003). Pour l'ancien attaquant international, le secret de Steed Malbranque pourrait résider dans son hygiène de vie. « C'est un casanier. Il ne s'est jamais dispersé et a toujours privilégié sa carrière. C'est peut-être pour ça qu'il dure car à 32 ans, il n'est pas cramé. » « C'est un vrai professionnel et un exemple à suivre pour les plus jeunes, affirme Armand Garrido. On a l'impression qu'il a fait toute sa carrière à l'OL, car il a le maillot collé à la peau. » Un maillot que Steed Malbranque pourrait troquer pour celui des Bleus, mercredi prochain, lors du match amical contre l'Italie pour lequel il a été préconvoqué. « Sur ce qu'il réalise depuis le début de la saison, il mérite d'être sélectionné d'autant que je ne vois pas beaucoup de joueurs meilleurs que lui à son poste », estime Steve Marlet.