le losc meurt de honte à munich

— 

Claudio Pizzarro a inscrit un triplé à une défense lilloise complètement dépassée par les événements.
Claudio Pizzarro a inscrit un triplé à une défense lilloise complètement dépassée par les événements. — M. DALDER / REUTERS

Humiliation, naufrage, catastrophe ou cauchemar, les mots ne manquent pas pour décrire la performance du Losc mercredi soir à Munich. Etrillé en une mi-temps par un Bayern étincelant (6-1), Lille s'est ridiculisé devant l'Europe entière. Jusqu'ici, le Losc n'avait fait que de la figuration en Ligue des champions. Avec cette quatrième défaite en quatre matchs, il s'est maintenant couvert de honte avec la plus grosse défaite de son histoire sur la scène continentale.
Exceptés les 20 millions d'euros injectés dans les caisses du club, la présence de Lille en Europe n'aura servi à rien cette saison. Perdus dans la cour des grands, les gamins lillois n'ont jamais existé dans cette compétition. Eliminé de la Ligue des champions, le club nordiste a encore une infime chance de participer à la Ligue Europa en remportant ses deux derniers matchs. Mais vu comme le Losc traite ses rencontres européennes, ce ne serait pas une bonne nouvelle pour le prestige de la compétition. N'en déplaise à Rudi Garcia qui va devoir sérieusement revoir sa communication. Après avoir martelé pendant deux semaines, contre l'évidence et le bon sens, que Lille avait fait jeu égal avec le Bayern à l'aller, le coach nordiste peut désormais se faire tout petit. Il y a toujours eu un gouffre de niveau, de talent, d'audace et de panache entre les deux équipes. Le Bayern l'a démontré en marchant sur une équipe lilloise à l'agonie. En l'espace d'une demi-heure, Schweinsteiger (4e), Robben (23e) et surtout Pizarro (18e, 28e, 33e) ont creusé la tombe du Losc. Pour la première fois en Ligue des champions, une équipe s'est retrouvé menée à la mi-temps 5 à 0. Malgré lui, le club nordiste se fera quand même une place dans l'histoire de la compétition.
Surtout qu'en deuxième période Kroos corsera l'addition (67e) après un but pour rien de Kalou (57e). N'en jetez plus, la coupe est pleine. Reste à savoir comment Lille va se remettre de cette claque. S'il n'y a pas de honte à perdre à Munich, il y a des limites à ne pas franchir au niveau de l'orgueil et de l'honneur. Des barrières qu'a fait tomber le Losc mercredi soir.