Eric Bédouet, témoin des campagnes européennes

Marc Nouaux

— 

Bédouet craint les petites équipes.
Bédouet craint les petites équipes. — S. ORTOLA / 20 MINUTES

Ce jeudi à 19h, Bordeaux reçoit le Maritimo Funchal lors de la 4e journée de Ligue Europa (C3). Arrivé au club en 1998, le préparateur physique, Eric Bédouet, a déjà connu huit campagnes dans la « petite » coupe européenne. Il raconte les désillusions et les éliminations, parfois surprenantes, contre des adversaires a priori plus faibles. Méfiance avant Funchal.

Vallecano et Osasuna, les « coupe-gorges ». Eliminés en 2001 et 2007 par les deux équipes espagnoles, les Girondins semblaient pourtant supérieurs. « Là-bas, c'est très chaud, se souvient Eric Bédouet. Les stades sont chauds, ce sont des coupe-gorges. Ils ont de très bons joueurs et vont au combat. On n'avait pas su se transcender. »
Roda, la pire désillusion (2002). « J'avais prévenu, explique le préparateur physique girondin. J'étais allé les observer là-bas et j'avais dit aux joueurs de faire attention et eux, ils rigolaient. Les Hollandais, c'est un autre foot. Ils étaient offensifs, arrogants et ils nous ont éliminés. Funchal, c'est pareil, il faut faire attention. Pas beaucoup d'équipes se baladent chez eux. Je compare ce type de matchs à la Coupe de France. »
Parme et Valence, un autre monde. En 1999 et en 2004, Bordeaux atteint les quarts de finale avant de se faire sortir à chaque fois par le futur vainqueur de l'épreuve. « Parme, c'est la plus belle équipe que j'ai vu jouer, s'émerveille bédouet. Ils avaient une équipe royale, avec Cannavaro, Thuram, Véron, Crespo… C'était monstrueux. Là, on ne pouvait rien faire. »

Obraniak forfait

Francis Gillot a annoncé mercredi que le milieu offensif serait forfait pour la réception de Funchal, ce jeudi, en raison d'une petite lésion musculaire à la cuisse droite. Hormis cette absence, il pourra compter sur la totalité de son groupe.