Une équipe de France très jeuniste

— 

Steve Savidan, en novembre 2008.
Steve Savidan, en novembre 2008. — F. MORI / AP / SIPA

« L'équipe de France, c'est un peu tard. J'ai 32 ans, même si l'âge ne veut rien dire pour moi mais la sélection prépare une compétition importante et il est normal que le sélectionneur appelle des joueurs plus jeunes. » Fataliste, Steed Malbranque? Pas forcément. Brillant depuis le début de la saison, le milieu de l'OL pourrait être l'une des belles surprises de Didier Deschamps ce jeudi, lors de l'annonce du groupe des 23 pour affronter l'Italie, mercredi prochain, même s'il ne part pas favori.
Les sélectionneurs des Bleus ont du mal à donner leur chance à des trentenaires qui n'ont jamais – ou rarement – connu l'équipe de France. « C'est un phénomène que l'on ne constate pas dans les autres pays, contrairement à chez nous, où quand un joueur a 32 ans on hésite à le faire signer des contrats de trois ans », estime ainsi Daniel Sanchez, l'entraîneur de Valenciennes.
Récemment, seul Raymond Domenech a essayé lors de matchs amicaux les « seniors » Franck Jurietti (2005) et Steve Savidan (2008). « C'est plus compliqué, car on a tendance à voir ce qui n'a pas été dans la carrière du joueur plutôt que ce qui va, poursuit Sanchez. On se dit que le joueur traverse juste une période d'euphorie. » Dans son équipe, Gaël Danic, l'un des meilleurs passeurs de Ligue 1 à 30 ans, pourrait rêver des Bleus s'il en avait… dix de moins. « On va justifier plus facilement de faire confiance à un jeune de 19 ans en disant qu'il va capitaliser pour l'avenir, estime Sanchez, qui s'avouerait très surpris si son joueur était convoqué.B. V.