De violents affrontements avec la police dans le stade d'Olympiakos

— 

Deux heures avant le début de la rencontre à Olympiakos, les policiers grecs ont violemment chargé les supporters montpelliérains. « Une réaction disproportionnée », selon plusieurs supporters présents sur place. Une vision réfutée par plusieurs sources convergentes, et notamment le responsable de la sécurité Pierre-Marie Grappin qui avait envoyé une vingtaine de stewards en Grèce sous les ordres de son adjoint à la sécurité. Trois pétards de forte puissance auraient été lancés vers les forces de l'ordre à l'origine de cette violence. «Je suis abasourdi alors que les choses vont beaucoup mieux en L1., ajoute Grappin Traverser l'Europe pour ça... C'est toujours le même petit groupe qui opère.»  Les dépositions des stadiers ont été enregistrés, une procédure pénale ayant été ouverte (un supporter a été appréhendé pour avoir allumé un fumigène). Pierre-Marie Grappin annonce son intention de se porter partie civile. « On est responsable de nos supporters même si on n'organise rien. Une fois de plus, on va être sanctionné financièrement... » J. D.