«Le FCNA est vraiment abordable»

©2006 20 minutes

— 

Stéphane Pédron

Milieu de terrain du FC Lorient.

Nantes se déplace à Lorient, samedi soir, à l'occasion de la 4e journée de L1. Un match d'une saveur particulière ?

Effectivement. Mes parents sont originaires de Saint-Nazaire et ma femme est Nantaise. J'ai ainsi débuté le football à Saint-Nazaire à 6 ans et j'y ai évolué jusqu'à 18 ans. Puis je suis parti trois ans à Saint-Sébastien-sur-Loire (DH) et un an à Ancenis (National). C'est ici que j'ai été repéré pour partir ensuite à Laval (D2)...

Vous avez ensuite enchaîné plusieurs clubs de D1 et D2 [Lorient (1997-1999), Saint-Etienne (1999-2000), Lens (2001-janvier 2003), Paris (janvier 2003-juin 2003) et de nouveau Lorient depuis 2003]. Est-ce un regret de ne pas avoir joué à Nantes ?

Non. Pas du tout. Si j'avais eu les contacts, ça aurait pu se faire. Cela reste néanmoins un club de l'Ouest que je suis de près...

Vous avez tout de même un parcours atypique pour un footballeur...

Oui, c'est vrai, je n'ai pas fait de centre de formation. Et là encore, je ne regrette absolument pas. Peut-être que si j'en avais fait un, j'aurai été trop faible mentalement pour réussir. J'ai construit ma carrière petit à petit. Pour réussir, il faut beaucoup de chance et surtout, faire les bons choix.

Avec le FC Lorient, vous réalisez un début de saison satisfaisant [un succès à Paris (2-3) et un nul à Lens (1-1) pour une défaite à domicile contre Bordeaux (0-1)]...

Oui. Au regard de notre calendrier, tout le monde nous voyait avec zéro point. On en a quatre. Maintenant, on aimerait bien gagner chez nous. Le FC Nantes est vraiment abordable. C'est une équipe qui doute. Il va falloir les enfoncer dès le début du match...

Recueilli par David Phelippeau