Bercy/Gasquet: «Le tennis, c'est difficile»

TENNIS Battu par Anderson à Bercy, le Français a abandonné toute chance d'aller aux Masters...

Propos recueillis par Julien Laloye, à Bercy

— 

Le Français Richard Gasquet lors de son troisième tour de l'US Open, le 2 septembre 2012 à New-York
Le Français Richard Gasquet lors de son troisième tour de l'US Open, le 2 septembre 2012 à New-York — P.Bereswill/SIPA

Statistiquement, il avait encore une toute petite chance de déloger Tipsarevic de la dernière place qualificative pour les Masters de Londres. Mais l’espoir n’aura pas fait long feu. Plutôt bon pendant deux sets avant de pécher physiquement, Richard Gasquet a été sorti dès son entrée en lice par Kevin Anderson, sa victime au même stade de la compétition l’an passé (7-6, 4-6, 6-1).

Vous avez dominé le match pendant deux sets, avant de le perdre. Comment l’analysez-vous?

Je suis déçu, c’est sûr. J'ai fait un très beau match, peut-être même mon meilleur set de l’année. Au premier set, je ne peux pas jouer. Je fais des coups droits gagnants, ce qui ne m'arrive pas tous les jours. Je me sens bien. Je joue bien. Après, il joue de façon incroyable sur toutes les balles de break que je me procure. Je perds le match au début du troisième set. Il est catastrophique, je suis mené 3-0 trop rapidement. C'est très mauvais. Je savais que je n’avais pas beaucoup de jus et la fatigue m’est tombée dessus. Mais sinon les deux premiers sets, j'ai très bien joué.

On a l’impression que vous avez toujours des difficultés contre ce type de joueur…

La surface n'est pas très rapide. Cela ne rebondit pas beaucoup. Mon lift et mon revers ne prennent pas tant que ça. Sur un grand comme lui, la balle arrive pile à la bonne hauteur... Il a bien joué. Après, je regrette un peu le début du troisième set, qui n'est pas bon. Le mec a été fort, rien à dire.

Cette défaite vous élimine de la course aux Masters. C’est une déception?

Ce qui reste une déception, c’est de ne pas finir la saison dans les dix premiers, plus que de ne pas jouer les Masters. Après, j'ai fait tout ce que j'ai pu pour y être. J'ai fait une belle saison, mais le tennis est un sport difficile, très compétitif. Tu joues dix mois de suite, pratiquement toutes les semaines. Il y a énormément de mecs qui jouent très bien, toutes les semaines, il faut gagner tes matchs. C'est dur et fatigant. Il faut être en grande forme. A part quelques joueurs monstrueux, c'est très difficile d'enchaîner. Je suis quand même content de ma saison.

Vous pensez que vous pouvez aller plus haut?

Je vais finir l’année entre la dixième et la treizième place, je pense que c'est mon niveau. Quand je vois ceux qui sont devant, je me dis que c'est battable, mais il faut progresser encore, surtout dans les huit premiers. De huit à dix, je dirais que c’est similaire mais au-dessus, c’est beaucoup plus fort. C’est ceux-là qu’il faudra essayer d'aller chercher l'année prochaine. Encore une fois, de huit à douze, c'est mon niveau. Il faut s'améliorer pour aller plus haut. Mais c'était une belle saison pour moi.