NBA: Des Lakers à Canal+, toutes les clés de la saison 2012-2013

BASKET Les favoris, les Français, le programme télé...Tout ce qu'il faut savoir sur la NBA à quelques heures du coup d'envoi de la saison...

A.D.

— 

Dwight Howard en match de pré-saison contre Sacramento, le 25 octobre 2012 à San Diego. 
Dwight Howard en match de pré-saison contre Sacramento, le 25 octobre 2012 à San Diego.  — Noah Graham / NBAE / Getty Images / AFP

Alors que la NBA reprend ses droits dans la nuit de mardi à mercredi, 20 Minutes vous présente les principaux enjeux de cette édition 2012-2013. L’armada des Los Angeles Lakers, les chances des Français de décrocher le titre et les droits de retransmission télévisuelle, voici les grandes questions de cette nouvelle saison.

Miami peut-il réaliser le doublé?

Champion en titre, le Heat est clairement l’équipe à battre. En parvenant à conquérir sa première bague en commun, le trio James-Wade-Bosh a brillamment chassé les doutes nés d’une première saison moyenne, tandis que l’ancienne star de Cleveland a enfin justifié son éternel surnom de «King James». En play-offs, ce dernier a affiché un tel niveau de jeu que l’on voit mal qui pourrait lui contester le titre de MVP de la saison. Reste à ses coéquipiers et notamment à Wade, victime de nombreux trous d’air l’an passé, de soutenir celui qui est devenu le véritable leader de l’équipe. Erik Spoelstra, le coach de l’équipe, pourra compter sur le renfort de Ray Allen à l’arrière, un secteur plutôt faible chez les Floridiens. L’ancien des Celtics, titré en 2008, arrive de Boston avec un objectif similaire à celui des «Tres Amigos»: décrocher un nouveau titre de champion.

 Les Lakers vont-ils tout écraser?
 
Avec leur recrutement «galactique» et les arrivées de Steve Nash et Dwight Howard, les Los Angeles Lakers apparaissent comme l’attraction de cette saison. Impressionnante à l’intérieur (Gasol-Howard), dirigée par un des meilleurs meneurs de jeu de la Ligue (Nash) et bonifiée par la présence de Kobe Bryant, cette équipe n’a d’autre choix que de remporter le titre NBA. Hormis Miami, aucun cinq majeur n’offre autant de garanties. Cela suffira-t-il? Le spectre de 2003-2004, saison durant laquelle les Lakers affichaient un quatuor composé de Kobe Bryant, Shaquille O’Neal, Gary Payton et Karl Malone, est encore dans tous les esprits californiens. Minés par les blessures et un manque de cohésion, les Angelinos avaient alors atteint tant bien que mal la finale, où ils avaient été balayés 4-0 par les Pistons.
 
 
Un Français peut-il remporter la bague de champion?  
 
Ils sont surtout trois à pouvoir y prétendre. Tony Parker, Boris Diaw et Nando De Colo, coéquipiers aux San Antonio Spurs, sont les mieux placés pour succéder à Ronny Turiaf, titré avec Miami. Battus en finale de conférence par Oklahoma City l’année dernière, les Texans font encore une fois partie des favoris pour soulever le trophée. Surtout quand on sait que TP a récemment déclaré: «Je me sens super bien. Je pense que les trois ou quatre prochaines années vont être le meilleur basket de ma carrière, donc j’espère faire la même chose, faire tourner l’attaque et faire aussi bien que l’an dernier.» Derrière ces trois-là, Joakim Noah, l’intérieur des Chicago Bulls, et Rodrigue Beaubois, le meneur des Dallas Mavericks, ont aussi leurs chances.   
 
Quelle sera l'équipe surprise?
 
En réalité, ce ne serait qu’une demi-surprise, mais comme New York a pris l’habitude de décevoir continuellement, il est préférable de se méfier. Les Knicks de Stoudemire et Anthony sont allés chercher Raymond Felton et Marcus Camby, auxquels est venu se joindre Rasheed Wallace, de retour sur les parquets après deux ans d’absence. De quoi enfin espérer une saison réussie au Madison Square Garden. Les Los Angeles Clippers, emmenés par le duo Paul-Griffin, seront aussi attendus au tournant après une première saison d’adaptation. Enfin, les Minnesota Timberwolves de Kevin Love auront également une belle carte à jouer avec le retour de Ricky Rubio à la mène. Blessé en milieu de saison dernière, l’Espagnol avait cruellement manqué aux Wolves et laissé ses coéquipiers s’effondrer dans la course aux play-offs.
 

Toujours aucun diffuseur
 
Aussi incroyable que cela puisse paraître, les droits de retransmission n’ont toujours pas été attribués en France. A quelques heures du coup d’envoi de la saison, la NBA n’a rien officialisé et personne ne sait qui de Canal , BeIn Sport et/ou Ma Chaîne Sport, diffusera les rencontres. L’an dernier, la chaîne cryptée partageait les droits avec Orange Sport et MCS; on s’attend donc à retrouver une co-diffusion de ce type pour l’exercice 2012-2013. Mais à l’heure actuelle, le marché de la NBA n’a toujours pas trouvé preneur. Une situation d’autant plus incroyable que la première journée prévoit des affiches telles que Miami-Boston ou Spurs-Oklahoma City. Une seule solution: vous munir du League Pass disponible sur NBA.com pour ne pas louper le début de saison.