Les Canaris ne décollent pas

— 

Du retard à l’allumage. Après trois journées de
championnat de L1, le FC Nantes patauge et inquiète.
Samedi soir, les Canaris (14es) n’ont pu faire mieux que partager les points (1-1) face à la modeste équipe de Troyes (13e). Ils sont toujours en quête de leur première victoire. Un début d’exercice qui tranche franchement avec le départ canon de la saison dernière. A la même époque, les Nantais s’étaient
imposés d’entrée à la Beaujoire contre Lens (2-0) et à
Rennes (0-3). « Sur les deux derniers matchs [à Nice et contre Troyes], on a joué quarante minutes », déplore l’entraîneur Serge Le Dizet. Un ratio bien trop mince pour engranger trois points. Apathiques malgré une ouverture du score rapide, sur un but contre son camp du Troyen Blaise Kouassi (3e), l’attaquant Mamadou Diallo et ses coéquipiers peuvent même s’estimer heureux d’avoir empoché un point. « Ce match est à oublier très vite, par rapport au résultat mais également par rapport à la manière », confesse Loïc Guillon, auteur de l’égalisation des Aubois (64e) sur un autre but contre son camp. Pour la suite, le FCNantes ne devrait-il pas s’inspirer de son adversaire du soir ? Le capitaine Loïc Guillon donne
un début de réponse à cette question : « Troyes, c’est une équipe vaillante. Elle se bat pour le maintien.Le moindre point est primordial pour elle. » L’entraîneur nantais répond, lui, clairement. « Il va falloir revenir à de vraies valeurs et faire preuve d’humilité, affirme Serge Le Dizet. Les ambitions, elles se montrent sur le terrain et pas dans les journaux ! Tu ne peux pas claironner que tu espères disputer une Coupe
européenne ou finir dans les six premiers, et jouer un
match comme samedi soir…»

David Phelippeau