L'espion du RCSA se dévoile

Floréal Hernandez

— 

René Charnet s'avance la moustache au vent mais surtout l'œil scrutateur. Il est l'un des superviseurs du Racing sur lesquels s'appuie François Keller pour épier ses futurs adversaires. Ancien de la cellule recrutement jeunes, ce professeur d'EPS basé à Clermont est passé à l'observation lors de la chute du club en CFA 2. « Je ne pensais pas que ça me brancherait. Mais finalement, c'est intéressant car j'ai l'impression d'avoir une responsabilité sur le déroulement du match. » Et Charnet a fait grise mine lors du revers strasbourgeois à Chasselay (1-0), le 7 octobre. « C'était la première fois de la saison que je les voyais et j'ai été déçu, l'équipe était molle. »
Chasselay fait partie des terrains où il se rend régulièrement avec Montceau, Villefranche, Lyon-la-Duchère. Il fréquente aussi les stades de Clermont (L2) ou de Bourg-en-Bresse (National) pour superviser d'éventuels joueurs. Des stades où il ne se rend pas incognito. « Je n'aime pas le faire planqué. Je demande à Guy [Feigenbrugel] de m'annoncer. Ça montre que le Racing est certes en CFA mais qu'il travaille comme les grands. Par contre quand je vais observer un joueur, je me fais discret. »
Installé en tribune, – très souvent à la même place pour « avoir le même angle de vue » –, Charnet sort ses stylos, ses stabilos et sa grille de notation. Il scrute dès l'échauffement. « J'adore. Cela donne des indications sur ceux qui ne vont pas jouer, leur mentalité. » Quand le match débute, il est aux aguets.
A l'issue, le superviseur du Racing, titulaire du BE2, se plonge dans la réécriture de ses notes. Et c'est un rapport de treize pages qu'il envoie à François Keller. « Il y a l'effectif de l'équipe supervisée avec le parcours de chaque joueur, la feuille de match, l'organisation tactique, les animations offensive et défensive, les coups de pied arrêtés, etc. C'est complet, hein ? », sourit le coach du Racing.
La récompense de Charnet n'est pas dans les 300 € brut mensuels qu'il touche du Racing mais dans les victoires qu'obtiennent les Strasbourgeois.