Paris truqués: Patrice Canayer est «abattu»

HANDBALL Touché, le coach montpelliérain attend désormais que la justice fasse son travail...

A. D.

— 

Patrice Canayer, le coach montpelliérain lors du match Toulouse-Montpellier, le 20 octobre 2010. 
Patrice Canayer, le coach montpelliérain lors du match Toulouse-Montpellier, le 20 octobre 2010.  — LANCELOT FREDERIC/SIPA

«Je suis abattu par les informations qui sont sorties. Le club est montré du doigt au mépris des procédures en cours. Au club, on a publié un communiqué dont je me solidarise complètement.» Patrice Canayer, l’entraîneur du Montpellier Handball, s’est exprimé sur MidiLibre.fr au sujet de l’affaire des paris truqués. Il estime que les choses vont beaucoup trop loin et qu’il est préférable d’attendre les conclusions de l’enquête qui est en cours. «Tout le monde parle, ça part dans tous les sens. Il y a sans doute des choses vraies et il y a aussi pas mal de contre-vérités.» Entendu par la police le 12 septembre dernier, Canayer a longuement été interrogé par les enquêteurs au sujet de la rencontre face à Cesson. Pour lui, le doute n’existe pas.

«Je n’ai pas remarqué de choses particulières»

Ce jour-là, Montpellier avait fait une mauvaise entame de match et l’entraîneur héraultais se souvient «avoir poussé une gueulante à la mi-temps puis recommencé à la fin du match». Malgré ce passage à vide, il n’a rien jugé de particulier durant la rencontre. «L’équipe était championne de France depuis une semaine. Et ce n’était d’ailleurs pas la première fois qu’on était mené à la pause chez un adversaire prétendument inférieur.» Comme il le souligne, un climat de confiance s’installe entre les joueurs et l’entraîneur. «Je ne me suis jamais posé la question de savoir si un joueur pouvait volontairement manquer un tir ou un gardien volontairement manquer un arrêt.» Dans ces conditions, il est forcément difficile d’imaginer que son équipe puisse volontairement lâcher un match.