Le Mondial avant le bac pour Alexandra Atamaniuk

— 

Alexandra Atamaniuk n'a pas révisé l'histoire ni la géographie de l'Azerbaïdjan. « Je ne me suis pas renseigné sur le pays », s'excuse-t-elle dans un sourire. De toute façon, la milieu de Vendenheim, 17 ans, a déjà passé son épreuve d'histoire du bac en juin où elle a notamment obtenu 14. Et puis pour participer à la Coupe du monde U17, pas besoin de connaissances particulières sur cette république du Caucase.

En cours pendant le Mondial
Atamaniuk et les Bleuettes entrent en lice samedi face aux Etats-Unis. Là aussi, la lycéenne en bac S sèche un peu sur ses adversaires du 1er tour. Il faut dire que Guy Ferrier, leur coach, a été peu disert. « Il ne nous a dit que deux ou trois mots sur chaque équipe, que face aux Etats-Unis, ça allait être physique, que ce serait plus technique contre les Coréennes. Pour la Gambie, il ne savait pas trop », énumère Atamaniuk, replacée attaquante droite en sélection.
Vice-championne d'Europe en juin, la Fédinoise vise le titre en Azerbaïdjan. Une ambition qui s'accompagne de devoirs car le bac est en fin de saison. « Un professeur accompagne l'équipe. On a des heures d'études pendant la compétition. Ce n'est pas facile d'avoir la tête au cours alors qu'on dispute le Mondial. Mais on a besoin d'un bagage pour l'après-football. » Un titre de championne du monde dans sa valise au retour d'Azerbaïdjan satisferait également Atamaniuk.F. H.

Vendenheim veut bisser en D1

Victorieuses d'Issy (2-1) lors de la 1re journée de D1, les Fédinoises se rendent à Rodez, dimanche, avec l'ambition est de s'y imposer. « Il faut prendre les points sinon on n'a rien à faire en D1 », affirmait Dominique Steinberger, l'entraîneur du FCV, après la victoire initiale.