Quand Wilko s'essaie à la bio

— 

Jonny Wilkinson et son livre.
Jonny Wilkinson et son livre. — P. MAGNIEN / 20 MINUTES

Il n'y a pas besoin de lui tirer les vers du nez : à choisir, Jonny Wilkinson aurait préféré sortir son autobiographie à la fin de sa carrière. Mais il était difficile, pour son éditeur et pour lui, de ne pas profiter de l'impact et de l'aura que possède le joueur à Toulon. Mercredi, plusieurs centaines de personnes s'étaient donné rendez-vous à Mayol pour se faire dédicacer le livre de l'ouvreur anglais. Evidemment, la bio n'est pas articulée autour d'un règlement de compte. L'Anglais raconte sa vie, les rencontres qui l'ont mené au sommet. Un message ? Dans le rugby, on n'est rien sans ses coéquipiers. Pas une révélation fracassante donc, mais une véritable thérapie pour le champion connu aussi pour son anxiété. « C'était une bonne expérience, une manière de me connaître. Maintenant, je suis un peu plus ouvert, explique-t-il. Je m'imposais des séances d'écriture, parfois 6 fois par jour. J'avais mal au ventre, mal à la tête, je transpirais à l'idée de savoir ce que les gens pouvaient en penser. » Il est aussi question de rugby dans le livre, de ses rencontres avec l'équipe de France, et de ses joueurs qu'il a dû affronter à maintes reprises, comme Bakkies Botha, avant de le retrouver en tant que coéquipier à Toulon.R. C.