Parker n'a pas oublié Aulas

— 

Présent mercredi à Lyon pour la promotion de son dîner de charité, Tony Parker devait également rencontrer les actionnaires de l'Asvel pour faire le point sur le projet d'Arena, actuellement dans l'impasse. « J'espère que ce sera positif. Il y a tellement de belles choses à faire ici que ce serait dommage d'en rester là. Mais je ne me suis pas fixé de dead-line pour que ce projet aboutisse », nous a confié le vice-président de l'Asvel pour qui le problème « n'est pas d'ordre financier. » « C'est très politique », affirme TP qui laisse la porte ouverte à un éventuel rapprochement avec Jean-Michel Aulas, le président de l'OL. « Je l'adore. C'est un exemple à suivre dans le sport français. Franchement, s'il y a un truc à faire avec lui, pourquoi pas. » Quitte à se froisser avec le maire de Villeurbanne qui ne veut pas voir l'Asvel quitter sa commune ? « C'est pour ça que je dis que c'est très politique (rires). »S. M.