PSG: Ancelotti veut changer une équipe qui gagne enfin

FOOTBALL Malgré deux victoires de suite avec le même onze, l'Italien annonce de la nouveauté pour affronter Kiev en Ligue des champions...

Alexandre Pedro

— 

L'entraîneur du PSG, Carlo Ancelotti, le 14 septembre 2012 au Parc des Princes.
L'entraîneur du PSG, Carlo Ancelotti, le 14 septembre 2012 au Parc des Princes. — F.Fife / AFP

C’est plus fort que lui, Carlo Ancelotti aime rebattre les cartes. Pour les retrouvailles du Paris Saint-Germain avec la Ligue des champions, huit ans après, l’Italien ne reconduira pas la formation qui vient d’aligner deux victoires en Ligue 1 contre Lille et Toulouse. «L’équipe va sûrement changer pour le prochain match», a laissé entendre l’Italien au soir de la victoire contre le TFC (2-0).

Et comme l’Italien n’est pas du genre à mener son auditoire en bateau concernant ses compositions d’équipe, certains titulaires du moment peuvent s’inquiéter pour leur place. A commencer par Mamadou Sakho. Si son entente avec Alex progresse à chaque sortie, l’enfant de la Goutte d’Or est menacé par Thiago Silva. Le défenseur le plus cher du monde a en fini avec ses séances de beach-volley pour récupérer de sa blessure à la cuisse. «Il pourrait très bien jouer, mardi, en Ligue des Champions», affirme Ancelotti. Présenté jeudi, le Néerlandais Grégory van der Wiel va devoir lui attendre encore avant de concurrencer Christophe Jallet.

Nenê aura-t-il sa chance?

Avec ce PSG nouveau, deux bons matchs de suite ne vous garantissent pas une place de titulaire. Sauf à s’appeler Zlatan Ibrahimovic. «Vous parlez toujours de la concurrence, mais c’est obligatoire qu’il y ait de la concurrence», lançait Leonardo en direction des médias français la semaine dernière. Remplaçant docile ces dernières semaines, Nenê a joué le jeu et espère voir sa bonne volonté récompensée. Et pourquoi pas au détriment de Jérémy Ménez, dont Ancelotti a regretté «le mauvais positionnement» en première mi-temps contre Toulouse.

Du changement est aussi à prévoir en milieu de terrain. Carlo Ancelotti n’a pas renoncé à l’idée de voir Javier Pastore à l’œuvre dans une position plus reculée. Au nom de l’expérience en Ligue des champions, Thiago Motta pourrait retrouver sa place de sentinelle devant la défense au détriment du nouveau chouchou du Parc, Marco Verratti. «Il est très à l’aise, trop parfois, tempère son entraîneur. Il doit prendre moins de risques pour sortir le ballon quand il est devant la défense.» Quand on a 28 joueurs dans son effectif et des internationaux à tous les postes, on peut se permettre d’être exigeant.