yoan gouffran, histoire d'un buteur retrouvé

romain baheux

— 

Gouffran, buteur attitré des Girondins.
Gouffran, buteur attitré des Girondins. — s.ortola / 20 minutes

Il n'a pas fui ses responsabilités. En moins de quatre mois, Yoan Gouffran a eu l'avenir européen des Girondins au bout du pied dans les arrêts de jeu. En mai contre Lorient (1-0) ou en août contre Belgrade (3-2), l'ancien Caennais n'a jamais tremblé au moment de conclure ses penalties. Le symbole d'un joueur en confiance, auteur de quatorze réalisations en Ligue 1 la saison dernière et désormais buteur attitré des Girondins.

« Le mettre à droite,

ça limite son champ d'action »
ça n'a pas été toujours le cas. Transféré de Caen en 2008, il débarque en Gironde auréolé du statut de grand espoir du football tricolore. Laurent Blanc en fait un joueur de complément dans le couloir droit. Un poste qu'il n'affectionne pas. « Il était un peu dans un cocon chez nous et s'est retrouvé face à une concurrence importante. Pour moi, ça a toujours été un attaquant, décrit l'un de ses formateurs en Normandie, Philippe Tranchant. A Caen, on l'avait fait beaucoup jouer milieu droit à cause de la concurrence devant. ça lui a permis de développer d'autres qualités mais ça limite son champ d'action. »

Ciblé en Angleterre
A son arrivée, Francis Gillot le repositionne en pointe. La métamorphose ne se fera pas attendre. A 26 ans, Gouffran s'est affirmé comme un joueur efficace et décisif. Celui que Bordeaux attendait après ses débuts très prometteurs chez les professionnels. « Il ne pensait qu'à marquer, se souvient son équipier à Caen Cédric Hengbart. Même quand il était sur son aile, il arrivait souvent à être à la conclusion des actions. »
En retrouvant ses qualités, Gouffran a attiré les regards vers lui. En fin de contrat en juin 2013, il n'a pas souhaité prolonger son bail cet été. Ciblé par des clubs anglais, il doit confirmer cette saison. « La pression ne lui pèse pas. Quand il était attendu, il marquait », raconte Hengbart. Bordeaux espère qu'il ne changera pas ses habitudes.