Patrice Evra aux prises avec le défenseur finlandais Arkinuo, le 7 septembre 2012 à Helsinki.
Patrice Evra aux prises avec le défenseur finlandais Arkinuo, le 7 septembre 2012 à Helsinki. — A.KOIVISTO/SIPA

Sport

France-Biélorussie: Les latéraux au rapport

FOOTBALL – Les Bleus souffrent du manque d'apport offensif de leurs défenseurs latéraux...

C’est un constat de fond autant qu’un aveu d’impuissance. Il n’y a jamais eu de grande équipe de France sans arrières latéraux d’exception, du tandem Thuram-Lizarazu en passant par le duo Sagnol-Abidal, références des dernières phases finales glorieuses d’une équipe de France. Suivant ce critère-là, les Bleus d’aujourd’hui auront bien du mal à être grands: en l’absence du moins discutable des candidats du moment –le Lillois Debuchy- c’est un secteur qui ne regorge pas d’énormes talents en devenir.

Peu de réserves à ce poste

Reveillère et Evra sont dans le paysage depuis des années et ni l’un ni l’autre n’ont vraiment convaincu contre la Finlande vendredi, entre oublis défensifs et contribution très limitée dans la moitié de terrain adverse. Face à la Biélorussie, Didier Deschamps a fait savoir qu’il aimerait voir ses deux latéraux participer d’avantage au jeu offensif des Bleus: «L’apport des latéraux est important. Ils sont censés apporter le surnombre devant et c’est souvent eux qui se retrouvent en position de centres.»

Dans un monde idéal, Giroud, Benzema ou un autre s’en donnerait à cœur joie pour profiter des offrandes des joueurs de couloirs. Mais pour passer du rêve à la réalité, encore faudrait-il que les ballons venus des ailes parviennent quelquefois à dépasser le premier poteau… «Il faudra améliorer la qualité des centres», prévient le sélectionneur, qui a prévu des ajustements plutôt que des changements.

Jallet et Valbuena plus complémentaires?

Il faut dire qu’avec la blessure de Clichy, qui ne sera pas disponible mardi soir, «DD» ne dispose pas d’une infinité de solutions sur les côtés. Tout juste peut-il envisager de remplacer Anthony Réveillère par le Parisien Jallet, sans être totalement convaincu par cette possibilité: «Christophe a un peu plus l’aptitude d’aller de l’avant qu’Anthony mais il doit penser aussi à bien défendre.» La solution pourrait venir de la titularisation de Mathieu Valbuena, plus rigoureux tactiquement que Ménez dans une position de milieu excentré. Et ce même si son entente avec Jallet n'avait pas sauté aux yeux contre l'Uruguay.