Réforme des retraites : Tensions autour du dépôt pétrolier de Fos-sur-Mer

MANIFESTATION Police et manifestants se sont affrontés devant le dépôt pétrolier de Fos-sur-Mer, où des réquisitions ont été ordonnées par les autorités pour faire face au mouvement de grève

M.Cei. avec AFP
— 
Des manifestants devant le dépôt pétrolier de Fos-sur-Mer
Des manifestants devant le dépôt pétrolier de Fos-sur-Mer — Christophe Simon /AFP

Des incidents ont éclaté ce mardi en fin de matinée devant le dépôt pétrolier de Fos-sur-Mer, près de Marseille, où les autorités ont procédé aux premières réquisitions de personnels en grève contre la réforme des retraites.



Plusieurs centaines de syndicalistes, principalement de la CGT, s’étaient rassemblées devant le dépôt « en soutien » aux grévistes réquisitionnés, bloquant un des accès du site et allumant des feux de palettes, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Face à face tendu

En fin de matinée, les protestataires ont voulu se diriger vers un autre accès, par lequel des camions-citernes étaient en train de pénétrer dans le dépôt. Mais celui-ci était protégé par des CRS et un face-à-face tendu s’en est suivi, avec des échanges de jets de projectiles et tirs de grenades lacrymogènes qui ont fait reculer les protestataires. D’après la préfecture de police des Bouches-du-Rhône, trois policiers ont été « blessés sérieusement » lors des incidents, dont deux au moins ont été transférés à l'hôpital de Martigues. Selon nos informations, un photojournaliste a également été frappé par un manifestant.



A la mi-journée, ce face-à-face tendu se poursuivait. En début de journée, les manifestants s’étaient dirigés vers le dépôt de Fos lors d’opérations-escargot, à bord notamment de dizaines de véhicules bleus siglés Enedis et ornés de banderoles protestant contre la réforme des retraites, comme « Macron ta réforme dans ton fion. En grève. Non à 64 ans ».