Retour sur la page d'accueil 20 Minutes
orthographe« Aux dépends » ou « aux dépens », que faut-il dire ?

« Aux dépends » ou « aux dépens » : Que faut-il dire ?

orthographe
Voilà une faute qui se joue à un « d » et à une subtilité près. On vous explique comment ne plus tomber dans le panneau.
« Aux dépends » ou « aux dépens » : Que faut-il dire ?
« Aux dépends » ou « aux dépens » : Que faut-il dire ? - A. GELEBART / 20 MINUTES / 20 MINUTES
20 Minutes avec agences

20 Minutes avec agences

L'essentiel

  • L’expression correcte est « aux dépens ».
  • C’est parce que le mot « dépens » est lié au verbe « dépenser ».
  • Il n’a rien à voir avec le verbe « dépendre ».

Cancres, ne complexez plus : vos fautes de français sont souvent bien plus logiques que ce que votre prof de français veut bien vous faire croire. Prenez l’expression « aux dépens de » : il paraît tout à fait naturel de l’épeler « aux dépends de ». On vous dit pourquoi… et pourquoi c’est une erreur.

Vivre aux dépens, n’est-ce pas dépendre de ?

Parfois, si, justement, et c’est ça qui crée la confusion. Prenons la phrase suivante :

  • Marc vit aux dépens de ses parents.

Elle a une signification simple : Marc ne gagne pas sa vie et ce sont ses parents qui prennent ses dépenses en charge. On peut donc dire qu’il dépend d’eux pour vivre et se sentir légitime à croire que c’est là le sens de l’expression « aux dépens de ».

Pourquoi ça ne marche pas ?

Prenons deux autres exemples :

  • Marc est moqueur : il s’amuse aux dépens de ses camarades de classe.
  • Le PSG a gagné la coupe de France aux dépens de l’OM.

Dans ce cas-là, Marc ne dépend pas de ses camarades pour s’amuser et le PSG ne dépend pas de l’OM pour gagner. Ce que ces phrases disent, c’est que l’humour de Marc a un coût pour ses camarades et que la victoire du PSG a un coût pour l’OM.

NOTRE DOSSIER LANGUE FRANÇAISE

Qui dit coût dit dépense

Dans notre premier exemple (Marc vit aux dépens de ses parents), il faut donc bien comprendre que Marc vit au prix des dépenses de ses parents. Et c’est là la clé de notre problème : le mot « dépens » évoque la dépense et non la dépendance.

Sujets liés