Tuerie de Chevaline: L'enquête suspendue à l'audition de la soeur ainée sortie du coma

ENQUÊTE ainab, 7 ans, qui a été violemment frappée et blessée par balle à l'épaule, pourrait avoir vu le ou les tueurs...

avec AFP

— 

La petite Zainab, touchée par balle à l'épaule au cours de la tuerie et violemment frappée à la tête, est sortie du coma artificiel où les médecins l'avaient plongée pour soulager son corps, a déclaré dimanche à l'AFP le procureur de la République d'Annecy, Eric Maillaud. "Mais elle est sous sédatifs et n'est donc toujours pas audible", a-t-il ajouté. Quand elle ira mieux, elle sera interrogée par des policiers spécialisés dans le témoignage des enfants.
La petite Zainab, touchée par balle à l'épaule au cours de la tuerie et violemment frappée à la tête, est sortie du coma artificiel où les médecins l'avaient plongée pour soulager son corps, a déclaré dimanche à l'AFP le procureur de la République d'Annecy, Eric Maillaud. "Mais elle est sous sédatifs et n'est donc toujours pas audible", a-t-il ajouté. Quand elle ira mieux, elle sera interrogée par des policiers spécialisés dans le témoignage des enfants. — Jean-Pierre Clatot afp.com

Cinq jours après la tuerie de Chevaline, en Haute-Savoie, les enquêteurs espéraient pouvoir entendre très vite la rescapée de sept ans, sortie du coma dimanche, alors qu'une quarantaine de gendarmes étaient mobilisés sur cette affaire «hors normes» selon le parquet.

«La petite fille est sortie du coma artificiel, mais elle est sous sédatifs et n'est donc toujours pas audible», a déclaré à l'AFP le procureur de la République Eric Maillaud, précisant que sa soeur cadette, 4 ans, était rentrée en Grande-Bretagne, accompagnée de membres de sa famille. L'aînée, Zainab, est considérée comme un témoin essentiel: elle est la seule à avoir vu le ou les assaillants.

La fillette, dont le pronostic vital était engagé le soir du drame, a reçu des coups extrêmement violents à la tête et une balle dans l'épaule, tandis que ses parents étaient tués de deux balles dans la tête, dans leur voiture.

Elle avait été plongée en coma artificiel pour permettre à son corps de récupérer. «Elle est maintenant dans une phase plus légère, qui augure d'une amélioration de son état de santé», a indiqué le procureur d'Annecy. Son audition devrait être menée par des enquêteurs spécialisés dans le témoignage des enfants.

«S'imprégner de la scène de crime»

Alors que la perquisition se poursuivait dimanche au domicile de la famille dans la banlieue de Londres, le procureur d'Annecy s'est engagé à la plus grande discrétion pour ne pas compromettre l'enquête, menée avec de gros moyens par la section de recherches de Chambéry, épaulée par le groupement de Haute-Savoie et le bureau des affaires criminelles à Paris.

De source policière, le calibre de l'arme ou des armes est de 7,65 mm. Cette technique des deux balles pour achever les victimes, qui apparaît systématique, semble accréditer la présence de plus d'un tireur. Au total, près de 25 douilles ont été retrouvées sur cette route forestière à proximité du lac d'Annecy, où la famille al-Hilli séjournait en camping.

Des enquêteurs sont retournés sur les lieux pour «s'imprégner de la scène de crime», a expliqué le commandant du groupement de Haute-Savoie.

Dans la région de la tuerie, les recherches se concentrent autour du véhicule du ou des tueurs, qui pourrait être un 4X4 de couleur sombre. Les véhicules retrouvés incendiés dans la région depuis mercredi ont aussi été répertoriés. Et les polices suisse et italienne ont été mobilisées.

Le frère du père de nouveau auditionné

Par ailleurs, les enquêteurs «affinent très précisément l'emploi du temps» des al-Hilli depuis leur arrivée au camping de Saint-Jorioz lundi, grâce à l'enquête de voisinage qui se poursuit, a indiqué le lieutenant-colonel Benoît Vinnemann, commandant la section de recherches.

Le ou les téléphones portables de la famille pourront aider à géolocaliser leurs déplacements. L'expertise des appareils, un acte «évident et banal» selon le procureur, montrera avec qui le père était en contact ces derniers temps.

Classiquement, l'entourage des victimes sera sondé par cercles concentriques. Le frère du père, avec qui il avait un différend financier, a été de nouveau entendu dimanche en Grande-Bretagne.

«On va essayer de connaître le maximum de la vie de la famille al-Hilli, ses biens, les entreprises pour lesquelles (le père, ingénieur) a pu travailler», a ajouté le procureur. La perquisition en cours à son domicile devrait permettre d'en savoir davantage. Il s'agit de pénétrer «dans leur plus grande intimité», d'après un gendarme.