Un homme de 53 ans abattu par balle dans une rue de Grenoble

FAITS DIVERS Le meurtre s'est produit peu après 10H30, sur un boulevard, à quelques mètres d'un marché dans le sud de la ville...

avec AFP

— 

Un quinquagénaire, connu des services de police, a été abattu par balles en pleine rue de Grenoble samedi matin, par un homme qui a pris la fuite avec un complice à bord d'une voiture retrouvée incendiée, un scénario signant un règlement de comptes.
Un quinquagénaire, connu des services de police, a été abattu par balles en pleine rue de Grenoble samedi matin, par un homme qui a pris la fuite avec un complice à bord d'une voiture retrouvée incendiée, un scénario signant un règlement de comptes. — Jean Pierre Clatot afp.com

Un homme de 53 ans a été abattu par balle et un septuagénaire très légèrement blessé, samedi matin, en pleine rue de Grenoble, par des coups de feu tirés depuis une voiture qui a été retrouvée incendiée, a-t-on appris auprès des pompiers et de la préfecture.

Le meurtre s'est produit peu après 10H30, sur un boulevard, à quelques mètres d'un marché dans le sud de la ville.

Une dizaine de douilles relevées sur plusieurs mètres

L'homme tué «a été victime d'un coup de feu tiré depuis un véhicule», qui a été retrouvé incendié à proximité, selon la préfecture. Un autre homme, âgé de 78 ans, qui se rendait au marché avec son épouse, a été légèrement blessé à la cheville par une balle perdue.

Plus d'une quinzaine de policiers ont investi les lieux, certains portant chaussons et masques, tandis qu'un camion de l'identification criminelle de la gendarmerie est arrivé en fin de matinée, a constaté une journaliste de l'AFP.

A 13H00, le corps de la victime, enveloppé d'une housse blanche, se trouvait toujours sur place, étendu à terre sur un côté du boulevard bordé de platanes, tandis qu'une chaussure d'homme gisait au milieu de la rue.

Tout autour de la victime, les enquêteurs ont tendu des draps blancs pour masquer le site au public, la circulation des voitures n'ayant été coupée que sur une voie pour ne pas paralyser le quartier.

A terre, plus d'une dizaine de douilles ont été relevées sur plusieurs mètres par les enquêteurs qui ont matérialisé leur emplacement par des plots alphabétiques.

Sur le marché en grande partie vidé, il restait toutefois un stand de fruits et légumes et un fromager, placés dans le périmètre de sécurité de la police et dont les vendeurs devaient être entendus comme témoins. Le procureur de la République à Grenoble, Jean-Yves Coquillat, était sur place et s'entretenait avec les enquêteurs, à l'écart de la presse.