Tuerie de Haute-Savoie: A Londres, Hollande promet que «tout sera fait» pour retrouver les coupables

POLITIQUE Le président de la République devait évoquer avec David Cameron la situation de la zone euro, le Mali et la Syrie, mais sa visite a été assombrie par le terrible meurtre d'une famille britannique en France....

B.D. avec AFP

— 

French President Francois Hollande prepares for a news conference with Italian Prime Minister Mario Monti ( not seen ) on September 4, 2012 at the end of their meeting at the Villa Madama in Rome. Monti is hosting Hollande in the latest round of shuttle diplomacy talks over the debt crisis ahead of the September 6 European Central Bank policy meeting. AFP PHOTO / ANDREAS SOLARO
French President Francois Hollande prepares for a news conference with Italian Prime Minister Mario Monti ( not seen ) on September 4, 2012 at the end of their meeting at the Villa Madama in Rome. Monti is hosting Hollande in the latest round of shuttle diplomacy talks over the debt crisis ahead of the September 6 European Central Bank policy meeting. AFP PHOTO / ANDREAS SOLARO — Andreas Solaro afp.com

François Hollande, en visite à Londres ce jeudi pour soutenir l'équipe de France paralympique, a réagi au terrible meurtre d'une famille britannique en Haute-Savoie. Il a ainsi affirmé que «tout serait fait» pour retrouver le ou les coupables, selon iTélé. Le président français devait initialement rencontrer le Premier ministre britannique David Cameron pour évoquer la situation de la zone euro ainsi que le Mali et la Syrie. L'effroyable fait-divers qui secoue leurs deux pays a sensiblement modifié l'ordre du jour de cet entretien bilaéral.

Les deux dirigeants devaient initiallement évoquer la situation dans la zone euro au terme d'une nouvelle journée décisive. Marchés et responsables européens avaient les yeux rivés jeudi sur la Banque centrale européenne (BCE) qui a dévoilé son plan de sauvetage de la monnaie unique. «Même si les Britanniques n'appartiennent pas à la zone euro, ils sont intéressés par sa stabilisation et la reprise de la croissance», soulignait-on de source française.

François Hollande qui a pris son bâton de pèlerin pour sillonner les capitales européennes depuis son retour de vacances fin août devrait rappeler, comme il l'a déjà fait à Berlin, Madrid ou Rome «l'impératif de la croissance et la nécessité que le prochain Conseil européen d'octobre apporte des solutions durables aux difficultés actuelles de la zone euro», ajoute-t-on de même source.

Situation au Sahel et en Syrie

L'entretien bilatéral portera aussi sur la situation au Sahel. Mercredi, le Mali en a appelé à la solidarité de l'Afrique de l'Ouest pour récupérer le nord du pays aux mains des islamistes. Cette demande «va enclencher le processus de soutien international au Mali», observe-t-on à l'Elysée. François Hollande et David Cameron devraient également faire «un point de situation» en Syrie, une semaine après une réunion du Conseil de sécurité au niveau ministériel convoquée par sa présidence française et consacrée à l'aide humanitaire.

Français et Britanniques avaient alors évoqué la création de «zones tampons» en Syrie pour protéger les réfugiés mais reconnu que ce projet se heurterait à des difficultés considérables. Ils avaient également annoncé le renforcement de leur aide aux réfugiés. Pour François Hollande, dont le mannequin de cire a rejoint fin août Madame Tussauds, le célèbre musée londonien, il s'agit de la troisième visite en terre britannique depuis son élection. Il devait assister à plusieurs épreuves des jeux Paralympiques dans la soirée, après une rencontre avec les membres de l'équipe de France.

Le président de la République s'était déjà rendu à Londres le 30 juillet pour encourager les athlètes français en lice aux jeux Olympiques. Avec une pointe d'humour, il avait remercié le Premier ministre britannique David Cameron d'avoir déroulé «le tapis rouge» pour les sportifs tricolores, référence à un autre tapis rouge que David Cameron voulait déployer sous les pieds des exilés fiscaux français. Les deux leaders s'étaient retrouvés une première fois à Londres début juillet, faisant assaut d'amabilité en dépit de quelques frictions sur ces questions fiscales ou l'Europe.