Haute-Savoie: Que sait-on du quadruple meurtre?

FAITS DIVERS «20 Minutes» fait le point sur la découverte de quatre personnes tuées par balles et deux jeunes survivantes, mercredi, sur un parking forestier près du lac d’Annecy...

Nicolas Bégasse avec Caroline Girardon sur place
— 
Des gendarmes postés devant la caravane qu'occupait dans un camping de Saint-Jorioz (Haute-Savoie) une famille britannique tuée par balles près de Chevaline.
Des gendarmes postés devant la caravane qu'occupait dans un camping de Saint-Jorioz (Haute-Savoie) une famille britannique tuée par balles près de Chevaline. — Cyril VILLEMAIN / 20 MINUTES

>> Suivez les derniers développements de l'enquête par ici

Qu’a-t-on découvert?

Quatre personnes tuées par balle, deux hommes et deux femmes, ont été découvertes par un cycliste mercredi peu avant 16h dans leur BMW break, sur un parking forestier de la commune de Chevaline (Haute-Savoie). Une petite fille grièvement blessée, âgée de 6 ou 7 ans, était aussi sur les lieux, près de la voiture, et a été hospitalisée en urgence. Vers minuit, une seconde petite fille a été découverte, dans la voiture, sous les corps des deux femmes. L’un des deux hommes a été retrouvé sur le siège conducteur, l’autre à l'avant droit du véhicule, près de son vélo de course. Les deux femmes étaient à l’arrière du véhicule. Quand le témoin à vélo a découvert la scène de crime, le drame venait visiblement tout juste de se produire, le témoin ayant été dépassé un peu plus tôt sur la route par le cycliste retrouvé tué.

Qui sont les victimes?

«L’identité précise, nominative, je ne pourrai pas la donner», a indiqué jeudi à France Info Eric Maillaud, le procureur d’Annecy. Il s’agit d’une famille de Britanniques originaires de la banlieue de Londres, en vacances dans la région. Le père est bien le propriétaire du véhicule, immatriculé en Grande-Bretagne, selon les papiers qu’il a présentés à son arrivée au camping «Le Solitaire du lac» de Saint-Jorioz, sur les bords du lac d’Annecy. Selon notre journaliste sur place, la plupart des occupants du camping se disaient «choqués» ce jeudi matin. L’identité des deux femmes et des deux enfants reste à préciser de manière certaine, mais il s’agirait de la grand-mère, de la mère et de ses deux filles, selon le propriétaire du camping. La quatrième victime, un homme en tenue de cycliste, a été identifiée après que sa femme s’est signalée auprès des gendarmes d’une commune proche d’Annecy, inquiète que son mari ne rentre pas de sa promenade en vélo. Il habitait à une vingtaine de kilomètres de Chevaline, à Ugine (Savoie).

Pourquoi a-t-il fallu attendre minuit pour découvrir la seconde survivante?

La seconde survivante, âgée d’environ 4 ans, a été retrouvée prostrée mais indemne aux alentours de minuit. Elle était restée dans le véhicule, sous les corps des deux femmes tuées par balles, pendant l’investigation des gendarmes. Ce n’est qu’à l’arrivée plus tardive des techniciens de l’IRCGN (Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale), qui venaient de Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) et ont donc mis plusieurs heures à arriver sur les lieux, qu’elle a été découverte.

>> Plus de détails par ici

Comment va l'aînée, retrouvée blessée?

Son pronostic vital était engagé mercredi soir, mais dans la matinée de jeudi, son état s’est stabilisé et elle est désormais hors de danger, selon le procureur. «Elle a été très violemment frappée», a ajouté Eric Maillaud à France Info, et souffre «apparemment de plusieurs fractures du crâne». «Je ne suis pas sûr du tout qu’elle puisse être entendue rapidement», a-t-il indiqué à France Info, ajoutant que «d’après les quelques mots qu’elle a prononcés, elle parlait en anglais», tout comme l’autre jeune survivante. Les deux jeunes filles sont sous protection de la gendarmerie.

Où en est l’enquête?

«On n’a strictement aucune idée de ce qu’il s’est passé», a reconnu le procureur jeudi. Il n’y a rien en l’état qui permette d’avancer une hypothèse plutôt qu’une autre. Aucune arme n’a été retrouvée sur les lieux, mais plus d’une quinzaine de douilles provenant probablement d’un pistolet automatique ont été découvertes. L’enquête va d’abord se concentrer sur la scène de crime, pour comprendre dans le détail ce qui s’y est passé. Les munitions retrouvées sur place devraient notamment apporter plus d’informations. Les enquêteurs vont aussi tenter d’en apprendre plus sur la famille. Dans la matinée de jeudi, des gendarmes se sont positionnés devant la caravane qu’occupait la famille dans le camping de Saint-Jorioz. Autre piste: le cycliste ayant découvert la tuerie. Les enquêteurs n'ont pas souhaité révéler si le témoin avait croisé le véhicule du ou des tueurs. Celui-ci a été aperçu par plusieurs témoins, selon les premiers éléments de l'enquête.

Ce jeudi dans la matinée, un fourgon mortuaire a quitté la scène du crime, selon notre journaliste dur place. A 11h10, trois autres véhicules mortuaires sont arrivés sur les lieux. Le procureur de la République fera le point sur l'enquête lors d'une conférence de presse prévue au palais de justice d'Annecy à 14h.