Meurtre d'une Suédoise: L'audience décalée à mercredi après le malaise de l'accusé

JUSTICE Bruno Cholet, qui comparaissait pour l'assassinat de Susanna Zetterberg, doit subir des examens complémentaires avant une reprise d'audience mercredi...

William Molinié

— 

Sussanna Zetterberg, l'étudiante suédoise retrouvée morte le 19 avril 2008 en forêt de Chantilly.
Sussanna Zetterberg, l'étudiante suédoise retrouvée morte le 19 avril 2008 en forêt de Chantilly. — France 2

Bruno Cholet devait comparaître devant la cour d'assises de Paris à partir de ce mardi pour l'assassinat de la jeune Suédoise Susanna Zetterberg, retrouvée morte dans la forêt de Chantilly (Oise) en avril 2008. Ses avocats avaient promis qu'il répondrait à toutes les questions des magistrats.

Mais après la constitution de la cour et le tirage au sort des jurés, Bruno Cholet a fait un malaise. La presidente du tribunal a suspendu l'audience et demandé l'intervention des sapeurs-pompiers. Le teint pâle, visiblement affaibli, Bruno Cholet ne repondait plus aux questions de ses avocats. C'est alors qu'il a paru perdre connaissance. Entouré de deux policiers, l'accusé ne parvenait plus à se maintenir seul assis. A l'arrivée des pompiers, il a été évacué du box.

Reprise du procès demain matin

Un peu plus tard dans la matinée,la présidente du tribunal a annoncé que Bruno Cholet avait été examiné par deux médecins ayant recommandé son hospitalisation. Il doit subir des examens complémentaires dans l'après-midi, et l'audience ne reprendra que demain matin, a précisé la magistrate. Après le malaise, la partie civile redoutait un renvoi du procès. Les parents de Susanna Zutterberg arrivaient tout droit de Suède. Le tribunal avait mis à leur disposition une traductrice.

Depuis le début de l'affaire, le faux chauffeur de taxi avait gardé le silence et rejeté toute implication, malgré la découverte dans son véhicule de l'arme du crime, un couteau sur lequel était inscrit «Susana 377» et des images de vidéosurveillance qui localisaient son monospace blanc sur l'autoroute en direction de l'Oise, le jour de la disparition de la jeune femme.

«Dépourvu de sens moral»

Bruno Cholet, 55 ans, condamné à plusieurs reprises, est soupçonné d'avoir séquestré l'étudiante le 19 avril 2008 vers 4h45 dans son taxi clandestin, puis de l'avoir tuée. Le corps de la jeune femme, décédée d'un coup de couteau dans le poumon et retrouvée dix jours plus tard, était partiellement brûlé et menotté. «Il a envie de répondre à la cour», assurait avant l'audience à 20 Minutes Luc Ravaz, son avocat.

Sa consœur, Aurélie Cerceau, met en avant la présence d'«une accumulation de questions sur des points précis de l'instruction» prouvant que «le dossier est incomplet». De son côté, la famille de Susanna attend de «comprendre ce qu'il s'est passé», indique Jean-Yves Leborgne, l'avocat de ses parents, qui seront présents à l'audience. «Je crois assez peu à une explication de Cholet qui irait vers une reconnaissance des faits alors qu'il a toujours nié», relativise-t-il.

Dans le dossier, l'homme est présenté par une expertise psychiatrique comme «indifférent à la sanction pénale», «dépourvu de tout sens moral [et] de tout empathie».

Récidiviste

Déjà condamné onze fois, Bruno Cholet avait notamment écopé de dix-huit ans de prison en 1989 pour deux viols, dont l'un sur une fillette de 12 ans.