Rentrée scolaire: «Je ne sais pas comment je vais réagir face aux élèves»

TEMOIGNAGES Trois profs stagiaires confient leurs angoisses et leurs doutes à l'heure de prendre le chemin de l'école...

D. B.

— 

La nouvelle formation permettra une entrée plus progressive dans le métier d'enseignant.
La nouvelle formation permettra une entrée plus progressive dans le métier d'enseignant. — F. ELSNER / 20 MINUTES

«Je suis assez stressée par la rentrée, confie Eva, prof stagiaire d'anglais. Je viens d'obtenir les coordonnées de ma tutrice, mais pour l'instant, elle ne répond pas à mes messages. Le ministère a prévu une journée hebdomadaire de formation dès cette rentrée pour les débutants. C'est déjà ça, mais j'aurais vraiment préféré bénéficier d'une formation plus complète avant de démarrer mes cours. Je ne sais pas comment je vais réagir face aux élèves.»

Un avis que partage Isabelle, qui débute sa carrière d'enseignante d'espagnol: «Je ne me suis jamais retrouvée seule devant une classe. Alors, même si je sais que j'aurai une journée de formation par semaine, je pense que je n'arriverais pas à faire un bon découpage de séquence de cours avant Noël. Quant aux 5 journées d'accueil, prévues dans l'académie une semaine avant la rentrée, elles interviennent beaucoup trop tard. Cela ne laisse pas beaucoup de temps pour digérer de nombreuses informations.»

De son côté, Léa, prof stagiaire d'allemand, vient de se voir attribuer quatre niveaux de classe en collège, alors que la norme est de deux. «Sachant que je mets environ quatre heures pour préparer une heure de cours, cela va me demander un travail énorme», confie-t-elle. Autre inquiétude pour elle: se montrer à la hauteur des exigences de son chef d'établissement et de l'inspection. «J'aimerais vraiment savoir ce qu'ils attendent de nous concernant la préparation de séquence. C'est encore flou», concède-t-elle.