Roms: Viviane Reding souhaite que la politique française continue d'évoluer

Reuters
— 

Viviane Reding, vice-présidente de la Commission européenne, prend acte de l'évolution positive, selon elle, de la France envers les Roms mais estime qu'elle devra modifier la stratégie d'intégration engagée par le précédent gouvernement.

La commissaire à la Justice, qui sera à Paris lundi et mardi, estime que la France a maintenant adapté ses lois «aux standards européens» et que «le problème n'est pas résumé à la seule répression». Désormais, les éloignements font, à ma connaissance, l'objet d'une décision préalable de la justice. Les personnes concernées sont informées individuellement et il ne s'agit pas d'éloignements en masse», dit-elle dans Le Monde, daté du 2 septembre.

Viviane Reding souligne que le démantèlement de camps illégaux et insalubres «reste une question nationale» et qu'il «n'y a pas de droit européen en la matière.» Des experts des Nations unies se sont néanmoins inquiétés le 29 août de la poursuite des expulsions.

Le ministère de l'Intérieur a poursuivi à un rythme soutenu le démantèlement de camps de Roms illégaux dans plusieurs régions de France. Selon Le Monde, 2.000 à 3.000 personnes ont été expulsées de camps illégaux depuis le début de l'été. Mais le gouvernement a décidé fin août de faciliter l'accès au travail des Roms sans attendre une éventuelle levée des mesures transitoires de l'Union européenne qui le restreignent jusqu'à fin 2013.