20 Minutes : Actualités et infos en direct
TÉMOIGNAGESComment les internautes dépensent leur allocation de rentrée scolaire

Comment les internautes dépensent leur allocation de rentrée scolaire

TÉMOIGNAGESes internautes de «20 Minutes» nous ont confié leur budget de rentrée...
Dans une école primaire.
Dans une école primaire. - G. VARELA / 20 MINUTES
Témoignages édités par Christine Laemmel

Témoignages édités par Christine Laemmel

Dès ce mardi, l’allocation de rentrée scolaire arrive sur les comptes bancaires des familles françaises. Par enfant, elles recevront entre 356,20 et 388,87 euros. Plus de 300 euros pour quoi faire? Nous avons posé la question aux internautes de 20 Minutes.

D’une famille à l’autre, les budgets de fournitures scolaires «pures» (listes fournies par les établissements), sont multipliés par six, allant de presque rien à 250 euros par enfant. Avec à chaque fois divers impératifs. Et différentes dépenses «annexes».

Blondie-Flo évite toute dépense «superflue». Pour sa fille de 12 ans qui entre en 5e, elle a dépensé 75 euros. «J'ai juste pris quelques cahiers et tubes de colle d'avance», confie-t-elle. Même somme pour Emilie, 29 ans, pour chacun de ses garçons en CP et CM1. «Mère célibataire», elle nous a envoyé sa liste de courses de «145,49 euros» par mail. Cartables, trousses, stylos plumes, gommes, que du classique, mais «quasiment que des marques et de la qualité», précise-t-elle. Des crayons dont «les mines ne doivent pas être changées toutes les cinq minutes, des règles incassables, histoire que ça dure un peu dans le temps».

«L’aînée a son cartable depuis dix ans»

«On prend de la qualité et cela nous réussit», se félicite également Inès sur notre page Facebook, maman de trois enfants, dont deux à l’université. La plus grande a son cartable depuis dix ans, et elle «l’adore». Acheté 90 euros, «on en est à neuf euros par an». «Aucune fantaisie», un fonctionnement revendiqué par Inès. «C’est un choix personnel dans lequel nos trois enfants fonctionnent depuis le début de leur scolarité (…) Il permet d’acheter des livres chaque année, en toute sérénité, puisque le budget n'est pas basé chaque année sur les mêmes essentiels.» Bilan: 40 euros par enfant pour cette rentrée.

Pas question de «gaspiller» du côté de Toomsie non plus, qui se refuse à «acheter au prix fort en magasin». «Je prends la majorité des fournitures de rentrée dans les faillitaires, les vide-greniers, je recycle. Je récupère également des vêtements issus des cousins ou des enfants des amis», raconte cette internaute.

«Les enfants ont tous besoin d’un petit plaisir à la rentrée»

Sophie, mère de deux enfants de 9 et 12 ans, estime malgré tout que «les enfants ont tous besoin d’un petit plaisir à la rentrée». «Listes des professeurs regroupées, (avec les maniaqueries de chacun), inventaire fait de ce qui restait de l’an dernier, la note s’est montée à 190 euros, avec deux dictionnaires. Les enfants gardent le cartable de l’an dernier mais chacun choisit son agenda (5 à 8 euros) et un nouveau classeur», explique-t-elle.

Claire et Miss Carli, toutes deux mères de jeunes collégiens de 6e, dépassent largement le budget d’Inès ou de Sophie. En «respectant les fournitures demandées par les établissements», elles atteignent une «moyenne de 250 euros», pourtant «sans achat de marque ni de bêtises».

150 euros de vêtements «à petits prix»

Et les dépenses de rentrée ne se limitent pas aux crayons gris. Avec des enfants «qui grandissent beaucoup à cet âge», Claire est obligée de renflouer leurs garde-robes. Vêtements de sport, baskets, «une paire pour le gymnase et une pour l’extérieur avec interdiction de les porter ailleurs qu’en sport», et vêtements et chaussures de ville. Des dépenses «sans marques» pour Jessica, tout comme Blondie.

«Pour les chaussures, baskets et jogging, je prévois environ 120 euros et le reste pour des vêtements neufs, dans une enseigne à petits prix explique cette maman, qui admet tout racheter chaque année: manteau, chaussures, jeans». Environ 150 euros par enfant pour Emilie, en comptant «jeans, pulls, T-shirts, sweats, chaussures de ville et de sport».

Payer «l’inscription à la gymnastique et au basket»

Chez Sophie, on garde «les tenues de sport de l’an dernier, sauf les chaussures, remplacées quand c’est nécessaire car les pieds des ados grandissent parfois très vite. Les vêtements sont achetés au fur et à mesure, en essayant de profiter des soldes».

Même logique chez Toomsie, qui refuse la «frénésie de la rentrée». «Mes enfants ont des vêtements neufs quand ils en ont besoin et pas parce que c'est la rentrée».
Alors à quoi sert l'allocation de rentrée pour cette internaute? Aussi à payer toutes les «petites variantes» soulignées par Miss Carli. Cantines, coopérative, activités «du mercredi», inscription annuelle «à la gymnastique et au basket», sorties scolaires et «tous les extras demandés par les écoles et collèges.

Sujets liés