Menacée de mort pour avoir brûlé des pages du Coran

PAKISTAN Une jeune fille a été arrêtée par la police...

G. W.

— 

Deux femmes passent devant la maison de la jeune fille menacée de mort pour blasphème, à Islamabad. 
Deux femmes passent devant la maison de la jeune fille menacée de mort pour blasphème, à Islamabad.  — B.K. Bangash/AP/SIPA

Fureur au Pakistan. Une jeune fille issue de la minorité chrétienne du pays a été arrêtée par la police d’Islamabad, jeudi, alors qu’elle était prise à partie par une foule de 500 à 600 personnes, qui l’accusaient d’avoir brûlé des pages du Coran. Au Pakistan, une loi anti-blasphème punit de mort toute personne reconnue coupable d’avoir insulté l’Islam, la religion de 95% des 180 millions d’habitants du pays.

Le président pakistanais, Asif Ali Zardari, a demandé lundi des explications à la police de la capitale,  alors que le flou persiste sur les circonstances de l’arrestation et l’identité de la jeune fille. Agée de 11 ou de 16 ans selon les policiers et médias locaux, elle aurait provoqué la colère de ses voisins en brûlant, pour faire la cuisine, de vieux papiers collectés dans les ordures. Parmi ces vieux papiers auraient pu se trouver des pages du Coran. 

L’incertitude demeure quant aux capacités mentales de la jeune fille, qui serait atteinte de trisomie 21 selon certaines sources. En état de choc lors de son arrestation, elle s’était avérée incapable de parler aux policiers.

Si les peines de mort prononcées pour blasphème sont rarement exécutées au Pakistan, les minorités religieuses du pays vivent toujours dans la peur. En janvier 2011, le gouverneur de la province du Punjab avait été assassiné par l’un de ses propres gardes après avoir pris la défense d’une chrétienne condamnée à mort. En mars de la même année, le seul membre chrétien du gouvernement avait été lui aussi assassiné.