Nuit de violence à Amiens: 16 policiers blessés, d'importants dégâts matériels

SOCIÉTÉ contrôle d'identité a mal tourné...

M.P. et E.O.
— 

Le quartier d’Amiens-Nord a été le théâtre d’affrontements assez violents entre jeunes et forces de police dans la nuit de lundi à mardi. Aux tirs de mortier des uns ont répondu les gaz lacrymogène et tirs de flash-ball des policiers. Il n'y a eu aucune interpellation.

Le bilan est lourd: seize fonctionnaires ont été blessés par des tirs de chevrotine ou de mortiers, dont trois assez sérieusement, selon Thomas Lavielle, le directeur de cabinet du préfet, interrogé par Europe 1. Le policier le plus gravement touché s'est vu prescrire quinze jours d'ITT (incapacité totale de travail).

Une école incendiée

«On a subi de gros dégâts matériels: une soixantaine de poubelles brûlées, dix à vingt véhicules incendiés... Mais aussi un centre de loisirs, une école maternelle et une salle de sport ont été incendiés», a encore précisé Thomas Lavielle.

Il a fallu trois heures, et de nombreux renforts de la région et même de Paris, pour mettre fin aux affrontements. L’accès de colère des jeunes viendrait d’un contrôle d’identité qui aurait mal tourné alors qu’ils se réunissaient pour rendre hommage à un de leurs amis mort dans un accident de scooter. «On était là, tranquilles, peinards. Et les CRS sont venus faire un contrôle de papiers et ça s'est très très mal passé avec les jeunes. Il y a eu des insultes et puis c'est devenu la guerre», a expliqué à la radio un des éducateurs du quartier, Mohammed.

«Des années que je n'ai pas connu une nuit aussi violente»

Interrogé par l'AFP, le maire de la ville, Gilles Demailly (PS), évoque une «scène de désolation», avec «partout des poubelles et des voitures brûlées», mais aussi des bâtiments publics touchés «pour la première fois». «Il y a ici des incidents réguliers, mais cela fait des années que je n'ai pas connu une nuit aussi violente avec autant de dégradations», a-t-il ajouté, rappelant que «ça fait des mois que je réclamais des moyens car la tension montait dans le quartier».

Selon le maire, les dommages matériels s'évaluent au moins à un million d'euros. Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a annoncé qu'il se rendrait sur place dans l'après-midi.

La situation entre les jeunes et les forces de l’ordre est très tendue dans le quartier. Dimanche soir, des violences ont déjà eu lieu entre CRS et jeunes. Et début août, des policiers avaient été pris à partis par un groupe de jeunes. Manuel Valls a d’ailleurs annoncé qu’Amiens-Nord faisait partie d’une des quinze zones de sécurité prioritaires qui disposerait de moyens renforcés.

En raison de débordements systématiques sur ce type de sujets, nous sommes contraints de fermer cet article aux commentaires. Merci de votre compréhension.