L'autoroute, vraiment plus rapide, vraiment plus chère?

PRATIQUE Au moment de partir en vacances (ou d'en revenir), on peut hésiter entre l'autoroute ou la route nationale. «20 Minutes» fait le point sur les idées reçues concernant les deux réseaux...

Nicolas Bégasse

— 

Circulation sur l'autoroute A4, le 11 juillet 2012.
Circulation sur l'autoroute A4, le 11 juillet 2012. — G. VARELA/20 MINUTES/SIPA

Ce week-end va avoir lieu le traditionnel chassé-croisé des vacances, au cours duquel juillettistes et aoûtiens vont se croiser. 20 Minutes vous a déjà donné les bons conseils pour ne pas vivre un enfer. Mais c'est aussi l'occasion de trancher une bonne fois pour toutes la question que beaucoup se posent: petites routes ou voie rapide? Comparatif.

L’autoroute fait gagner du temps

Si on a tous en tête les images de bouchons interminables sur l’autoroute à l’occasion des grands départs en vacances, c’est que les médias préfèrent filmer les voies rapides que les nationales. Car sur ce point, il n’y a pas photo: en prenant l’autoroute, on arrive plus vite à destination. «Les trajets sont plus rapides en empruntant l’autoroute qu’en passant par les axes secondaires», confirme auprès de 20 Minutes Daniel Dechaux, président de la commission infrastructures et mobilité chez 40 millions d’automobilistes. «Les jours de grands départs, ils sont aussi saturés que l’autoroute, et les traversées des villes peuvent être longues. Avec l’autoroute, malgré les éventuels bouchons, le temps de trajet restera inférieur.» Pour le calcul de vos temps de trajet, n’oubliez tout de même pas que, partout en France, des tronçons d’autoroute sont limités à 110 km/h à titre expérimental. Avant, un jour peut-être, une généralisation de cette limite à tout le pays…

Les petites routes, c’est moins cher

Quand on roule moins vite, on consomme moins d’essence et le passage à la pompe est moins fréquent. Un premier avantage compensé par la difficulté parfois plus grande, sur les axes secondaires, pour trouver une station-service. Autre atout des petites routes: il n’y a pas de péage. Un prélèvement de l’argent du conducteur qui augmente plus vite que l’inflation: les péages ont augmenté de 2,24% en moyenne pour les véhicules légers en 2011. «C’est cher, reconnaît Daniel Dechaux, mais au final, ça dépend du prix que vaut selon vous une heure du temps d’un conducteur en vacances.» Quelques heures de plus pour profiter des vacances peuvent valoir quelques dizaines d’euros de péage…

L’argument de la sécurité

Que l’on soit pressé ou économe, un troisième aspect peut faire pencher la balance du côté de l’autoroute: la sécurité du trajet. «C’est l’immense avantage de l’autoroute, souligne le responsable de 40 millions d’automobilistes. Le réseau autoroutier est quatre fois plus sûr que le réseau traditionnel.» Arriver sans dégât, une autre raison d’accepter de payer les péages. Même si, rappelle Daniel Dechaux, «ça ne veut pas dire que sur l’autoroute les risques ont disparu: il faut notamment veiller à la somnolence, surtout pour les longs trajets.»

Avantage à l’autoroute donc, même si…

Conclusion de Daniel Dechaux: «L’autoroute reste un axe à conseiller, même pour les jours de grand départ. Le fin du fin serait de l’emprunter à un moment moins chargé que le samedi –si vous pouvez vous le permettre.» Autre conseil: jeter un œil au site Autoroute-€co, mis en ligne récemment par un ingénieur nantais. Il met en évidence le fait que sortir brièvement de l’autoroute après un péage pour y retourner ensuite permet de faire des économies, les trajets en une seule portion d’autoroute revenant souvent plus chers qu’un fractionnement du trajet. L’idéal serait donc de mettre un peu de petites routes au milieu de toute cette voie rapide. Une belle occasion de découvrir de plus beaux paysages qu’en offre l’autoroute.