Quatre personnes arrêtées dans une affaire de vols de Vélib'

Oihana Gabriel

— 

Un vélib' le 15 février 2010 à Paris
Un vélib' le 15 février 2010 à Paris — J.DEMARTHON/AFP

Un remake du Voleur de bicyclette à Paris? Dans la nuit de dimanche à lundi, quatre personnes ont été arrêtées dans une affaire de vols et de dégradation de Vélib’, selon la Mairie de Paris, contactée par 20 Minutes. La préfecture de police de Paris a confirmé cette information, précisant que "deux personnes qui avaient volé deux Vélib' vers 2 h 30 du matin dans la nuit de dimanche à lundi, ainsi que deux complices qui tentaient d'en voler deux autres, ont été interpellés dans le XVIIIe arrondissement et placé en garde à vue." 

Le Parisien, dévoilait dans son édition de lundi qu'une bande aurait trouvé un stratagème pour déjouer le système de sécurité du système de vélos en libre-service parisien.

Près d’une cinquantaine de stations fermées

Depuis une dizaine de jours, une bande s’acharnerait sur certains Vélib’ dégradés ou volés dans le nord-est de Paris. Les fraudeurs auraient trouvé une façon d’atteindre la gâche électrique afin de décrocher le Vélib' sans payer. Et sans obligation de ramener le vélo à bon port. 

«Dans le XVIIIe et XIXe arrondissement et dans certaines communes limitrophes du nord-est parisien, des vélos et des bornes ont été attaqués à la barre de fer ou au pied-de-biche, explique Albert Asseraf, directeur général de la stratégie, des études et du marketing de JCDecaux. Il y a également des dégradations électroniques. Nous avons donc dû fermer un peu moins d’une cinquantaine de stations vendredi dernier afin de constater les dégâts et d’engager les réparations.» Des vélos arrachés, parfois tordus, sont retrouvés dans la rue, dans les jardins… «Il va falloir faire le point sur le nombre de vélos dérobés, reprend Albert Asseraf. Les effectifs d’entretien et de maintenance sont mobilisés depuis trois jours sur toutes les stations qui le justifient. Et nous avons renforcé les trappes d’accès pour qu’elles soient plus difficiles à atteindre.»

Une plainte déposée, une enquête ouverte

Dès mardi, certaines stations rouvriront. Les autres bornes fermées devraient être remises en état dans les prochains jours après des tests des systèmes électroniques. S’il est encore trop tôt pour évaluer le montant du préjudice, qui sera à la charge de JC Decaux, cette affaire pousse l’entreprise à réfléchir à de nouvelles techniques pour mieux sécuriser les Vélib’.

JCDecaux a déposé plainte et une enquête a été ouverte la semaine dernière.

La nouvelle de l’interpellation de quatre personnes devrait d’ores et déjà rassurer les Parisiens et touristes friands de ce système de transport (entre 100 000 et 150 000 utilisations par jour pendant l’été), privés depuis quelques jours de certains de ces vélos en libre-service.