Biens mal acquis: Un mandat d'arrêt contre Teodorin Nguema Obiang

JUSTICE Le fils du président de Guinée équatoriale est notamment soupçonné de détournement de fonds...

M.Gr.

— 

L'hôtel particulier parisien de Teodorin Nguema Obiang, dans lequel ont été saisis 200 m3 de biens de valeur, le 14 février 2012
L'hôtel particulier parisien de Teodorin Nguema Obiang, dans lequel ont été saisis 200 m3 de biens de valeur, le 14 février 2012 — ERIC FEFERBERG/AFP

Le juge Roger Le Loire, chargé de l'enquête avec son collègue René Grouman, a diffusé jeudi un mandat d'arrêt contre Teodorin Nguema Obiang, révèle Le Monde ce vendredi.

Cette annonce intervient alors que le fils de Teodoro Obiang Nguema, l’actuel président de Guinée équatoriale, âgé de 43 ans, ne s'était pas présenté, mercredi, dans le bureau des doyens du pôle financier à Paris, alors qu'il y était convoqué pour un interrogatoire de première comparution.

Important patrimoine immobilier

Toujours selon Le Monde, les juges ont par ailleurs refusé de lever la saisie des quatorze véhicules de luxe, effectuée en octobre 2011, quelques mois avant la spectaculaire perquisition qui a visé pendant dix jours, en février, un hôtel particulier parisien dans lequel ont été saisis 200 m3 de biens de valeur.

Auparavant propriété de la famille Obiang, l'immeuble appartient depuis octobre à l'Etat équato-guinéen et est couvert par une immunité diplomatique, selon les avocats de Teodorin Nguema Obiang. Mais le Quai d'Orsay avait assuré, en février, que l'immeuble ciblé par les juges «relevait du droit commun».

Cette procédure contre le fils Obiang entre dans le cadre de l'enquête sur les biens mal acquis qui concerne les conditions dans lesquelles Teodoro Obiang Nguema, le chef d’Etat congolais Denis Sassou Nguesso et le défunt président gabonais Omar Bongo Ondimba, ainsi qu'une partie de le leurs entourages, ont acquis un important patrimoine immobilier et mobilier en France.